TOMBEAU DES INNOVATIONS SOCIALES


Le processus d’innovation sociale est victime d’une représentation simpliste et positive. Spontanément, l’étudiant de 3 ème cycle en Science sociales tend à se représenter ce processus d’une manière linéaire.

Il suffirait de faire remonter des « réalités sociales », puis, d’en faire un « état des lieux ». Puis dans un troisième temps, il conviendrait de produire une analyse pertinente des problématiques à l’oeuvre pour aboutir à un projet . Enfin dans un dialogue constructif avec les institutions et collectivités on obtiendrait des moyens pour réaliser et suivre ce projet.

Cette modélisation pourrait paraître ridicule, voire « rose bonbon »,  mais c’est bien elle qui réellement à l’oeuvre dans les représentations des acteurs sociaux, de leurs formateurs, et des acteurs  institutionnels.

IMG_4306

Or, la réalité , bien entendu est toute autre . Le diagnostic des problèmes sociaux non résolus est dans les faits rendu inentendable car il contrevient à la manière officielle de percevoir la réalité sociale.

Le soutien au projet est quant à lui politiquement impossible car ce soutien est déjà tout entier accordé aux acteurs et structures en place qui contribuent aux problèmes sociaux qu’on se propose de traiter.

Il y a  bel et bien un triple déni de l’innovation sociale:

  • un déni idéologique qui empêche de percevoir les réalités sociales dans leur processus et leur complexité
  • un déni politique pour attribuer quelques moyens au travail sur ces réalités
  • un déni administratif et de gestion du Social, pour accepter de reconnaître les résultats souvent extraordinaires qui sont produits par les formes d’action innovantes.

Le premier déni peut être dépassé ou entamé par une bataille des idées, des concepts mêmes que l’on produit pour saisir et expliquer les réalités.

Le second déni ne peut être dépassé que dans la confrontation avec les décideurs publics pour les obliger à un minimum de transparence et d’équité dans le traitement des projets.

Le troisième déni met aux prises avec la représentation du Réel: les médias et le monopole direct ou indirect sur les outils de communication des réalités sociales: médias, événements, opérations de comm et marketing.

Dans tous les cas, il s’agit bel et bien de constater que ce qui au départ ne devait être qu’un projet, est devenu dans la réalité un combat.

De fait la linéarité supposée à l’oeuvre est remplacée par une conflictualité permanente des points de vue, des constats , des termes mêmes avec lesquels on aborde les réalités sociales.

http://www.intermedes-robinson.org/wp-content/uploads/2017/11/IMG_2163-300x200.jpg 300w, http://www.intermedes-robinson.org/wp-content/uploads/2017/11/IMG_2... 768w, http://www.intermedes-robinson.org/wp-content/uploads/2017/11/IMG_2... 1024w" sizes="(max-width: 1040px) 100vw, 1040px" />

L’acteur social qui se risque au coeur de ces réalités, se trouve dès lors dans une position impossible. Le voici devant  un choix intenable:

De deux choses, l’une:

  • Ou bien il dénature son action pour la rendre audible et entendable et il la réduit à quelques processus symboliques. Alors il aura quelque chance d’obtenir les moyens d’un dispositif, au prix de perdre la logique et la pertinence de son oeuvre.
  • Ou bien il travaille au coeur de cette réalité même, mais se prive à la fois de tout soutien et de toute reconnaissance.

Le fond du problème reste ainsi entièrement lié à cette culture du simplisme et de l’angélisme institutionnel,qui présuppose que puisque tout le monde aurait de bonnes intentions affichées, rien de fâcheux ne saurait en découler.

C’est quasiment une morale obligatoire, politiquement correcte, omniprésente, consubstantielle de toute institution, de tout  réseau, de tout projet de territoire, de toute réunion d’acteurs, de toute concertation ou coordination, qui, par absence de toute conflictualité, se prive de toute chance d’impacter le réel.

Le chemin de l’innovateur social passe donc par trois prises de conscience successives que le choses ne se passent pas comme on se les représente et qu’il y a,  dans les faits, une triple impossibilité des projets, des constats et des résultats.

  • Première découverte : Quand on s’attaque aux réalités sociales envahissantes , on n’a pas de projets, on a des problèmes.
  • Seconde découverte: On n’a pas de diagnostic consensuel, mais un contact constant avec ces réalités.
  • Troisième découverte: On n’a pas de résultats, mais on a un impact.

L’innovation sociale est elle encore possible alors qu’elle devient nécessaire, indépassable? Comment les institutiosn sauront elles lever les contradictions contre lesquelles leurs mesures, leurs réformes et leurs politiques se brisent?

Combien de temps encore dureront des « actions sparadrap », des grandes messes formelles et vides autour des grands thèmes que l’on agite sans cesse « laïcité », « vivre ensemble », « lutte contre la radicalité » etc…

Quand enfin, passé le temps des slogans, travaillerons nous enfin à la question des outils et de la pédagogie?

http://www.intermedes-robinson.org/index.php/2017/11/26/tombeau-des...

Vues : 22

Commenter

Vous devez être membre de REZO Travail Social pour ajouter des commentaires !

Rejoindre REZO Travail Social

Parole de Sagesse

« Quand un groupe d'hommes renie l'Etat sous l'autorité duquel il avait jusqu'alors vécu, il est bien près en fait d'établir son propre gouvernement. »

Gandhi

Astuces techniques

Désactiver les notifications par mail à chaque réponse dans un forum ou un groupe (dans le cas où votre boite serait "saturée" de message).

Recevoir les communications envoyées à tous les membres du REZO qui peuvent être filtrées par erreur par votre boîte mail.

Contribuer

Pour soutenir REZO, participer aux frais d'hébergement, de maintenance et améliorations :


Merci !
Erwan, administrateur du REZO

Remarque :  pour ceux qui sont réticents à payer en ligne, il est aussi possible d'envoyer un chèque.
Merci de me contacter pour que je vous envoie les coordonnées postales.

Forum

REZO: quelle utilité?

Démarrée par Joseph Rouzel dans Général. Dernière réponse de Rozenn Il y a 3 heures. 43 Réponses

Il y a actuellement 3332 inscrits sur REZO. Quand je vois la pauvreté des échanges (pas en qualité, mais en quantité) je me pose vraiment la question de l'utilité de cette plateforme. Ce que j'en attends - c'est pour cela que je le tiens à bout de…Continuer

Social et médico-social versus service à la personne

Démarrée par Gaël dans Général. Dernière réponse de Djamila Zaatri samedi. 22 Réponses

Bonjour,Je m'intérroge sur l'avenir de la profession. D'un côtés les services sociaux n'ont plus les moyens de remplir leurs missions, de l'autre les Service à la Personne se développent de manière exponentielle avec des acteurs de terrain…Continuer

© 2017   Créé par Joseph Rouzel.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation