PÉDAGOGIES ET USAGES DE L’IMAGE


IMG_1289

 L’image est omniprésente en Pédagogie

La question de l’image, de sa gestion, de ses usages, de son autorisation, est un point important pour analyser et rendre compte de l’existence des trois types de pédagogie et pour rendre compte de la singularité de la Pédagogie sociale.

En effet , l’image a de tout temps été centrale pour toute pédagogie. Quels que soient les moyens techniques à une époque donnée, chaque pédagogie s’est distinguée des autres par un usage spécifique de l’image.

En Pédagogie traditionnelle, une image « sacrée »

Depuis les images d’Epinal, en passant par les imagiers illustrés, toute pédagogie recourt à l’iconographie et définit une position particulière du sujet apprenant vis à vis de cette dernière.

Ainsi, pour la Pédagogie traditionnelle, l’Image est spectacle, elle est exemple. Elle est mise en scène, dramatisée, mise à distance et en valeur. Son usage est exclusivement déterminé aux deux bouts de la chaîne. Les sujets éduqués ou apprenants sont des spectateurs qu’on éduque grâce à elle, tandis que les pédagogues et les éducateurs  sont des utilisateurs ou des gestionnaires d’images (rarement des créateurs). Pour la Pédagogie traditionnelle, l’image est là pour édifier ou effrayer; elle est exemple, elle est modèle  et elle sert justement à modéliser l’acte d’éduquer et d’instruire en donnant de ce processus « une belle image » destinée à gommer les violences , inégalités et dissymétries qui caractérisent justement ce type de pédagogie.  Plus qu’un outil, l’image est un catalyseur. En elle, converge le modèle et le but représenté de l’éducation. Elle est un raccourci commode et évident dont dès lors il sera bien difficile de se déprendre.

En Pédagogie nouvelle, une image utilisée

En Pédagogie nouvelle, la question de l’image est désacralisée; elle est vue comme un outil. Dès lors, il convient de se former et d’éduquer à l’image. Elle est appréhendée comme un un message, comme une communication. L’image est là pour être comprise, analysée, utilisée à bon escient . Elle est accompagnée , démystifiée, expliquée. Alors qu’en Pédagogie traditionnelle, l’image est  là pour demeurer projetée, inaccessible, en Pédagogie nouvelle, l’image devient l’objet d’activités d’analyse ou de réalisation,  en groupes ou en ateliers.

Aujourd’hui la plupart des politiques éducatives liées à l’image, se réfèrent à cette vision de ce courant pédagogique. C’est pourquoi elles se répètent, sont souvent redondantes, si évidentes, et en même temps tellement stériles.  On constate, malgré la prolifération des belles et bonnes intentions pour « éduquer à l’image », ou « former des spectateurs critiques » des écrans et des réseaux, une impuissance à enrayer la manipulation par l’image.  C’est que former à la critique et à l’analyse, y compris en passant par la formation et la production, en matière d’images ce n’est pas suffisant.

En Pédagogie sociale, une image habitée

Pour la Pédagogie sociale, le problème de l’image est positionné d’une troisième manière. L’image n’est ni un objet de travail, ni un spectacle inaccessible. Elle est partout, elle est quotidienne; elle fait partie inhérente du milieu dans lequel on vit et travaille. On se met à produire, à afficher, partager, communiquer des images dans tous les sens et tout le temps. Elle n’est pas davantage un objet d’étude, ou d’initiation. Elle demeure une pratique,  délivrée de tout souci didactique. L’image est dès lors « libérée »; elle existe pour elle même.

La photographie, la video sont mis au service du simple « rendre compte de ce qu’on vit », du quotidien individuel et collectif.  Elles sont des moyens d’expression de ce qu’on ne verrait pas sans elles, tellement elles font partie de l’environnement normal. Les images ainsi produites rendent compte du groupe, des moments singuliers. Elles témoignent des présences des uns, pour les autres; elles expriment quelque chose des relations dans et hors le groupe.

De fait, en Pédagogie sociale, « le bain d’images » dans lequel baignent personnes et groupes , permet de:

  • Témoigner d’un vécu commun
  • Communiquer entre soi et avec les autres
  • Rendre compte de ce qui est invisible et de ce qui se perd au quotidien: les relations, les moments.

En un mot, l’image, en Pédagogie sociale, plus que de garder simplement trace,  permet de VALORISER . Elle est avant tout et en soi un canal puissant de promotion des individus et des groupes.  Elle sert à réconcilier les personnes et les collectifs avec leur image et cela doit être mis en lien avec le fait que la pédagogie sociale concerne souvent des groupes discriminés, stigmatisés, dévalorisés .

L’image, en Pédagogie sociale, est toujours à RECONSTRUIRE. Il s’agit d’abord de la reconstruire, de la restaurer, quand l’image de soi, de son milieu, de sa famille ont été monopolisés et instrumentalisés par d’autres. Il va falloir alors transformer cette image, en créer une nouvelle à la place et la communiquer à son tour.

Si, pour la Pédagogie traditionnelle, l’image est toujours peu ou prou entourée de religiosité et déférence. Si, pour l’Education nouvelle, l’image est utilitariste et éducative , pour ce qui concerne la Pédagogie sociale

l’image est toujours à la fois intime et politique.

  • Intime car l’image, sa production, sa fréquence,  participent de la construction d’une personnalité et d’une identité à la fois collective et personnelle et parce que l’affectivité est toujours convoquée dès lors qu’il s’agit d’image de soi.
  • politique car l’image rend toujours compte à la fois d’une position et d’un potentiel; parce que, en Pédagogie sociale, elle est toujours justement toujours socialement située, et qu’elle renvoie à une condition qu’elle rend visible et donc dépassable.

http://www.intermedes-robinson.org/index.php/2017/11/11/pedagogies-...

Vues : 7

Commenter

Vous devez être membre de REZO Travail Social pour ajouter des commentaires !

Rejoindre REZO Travail Social

Parole de Sagesse

« Quand un groupe d'hommes renie l'Etat sous l'autorité duquel il avait jusqu'alors vécu, il est bien près en fait d'établir son propre gouvernement. »

Gandhi

Astuces techniques

Désactiver les notifications par mail à chaque réponse dans un forum ou un groupe (dans le cas où votre boite serait "saturée" de message).

Recevoir les communications envoyées à tous les membres du REZO qui peuvent être filtrées par erreur par votre boîte mail.

Contribuer

Pour soutenir REZO, participer aux frais d'hébergement, de maintenance et améliorations :


Merci !
Erwan, administrateur du REZO

Remarque :  pour ceux qui sont réticents à payer en ligne, il est aussi possible d'envoyer un chèque.
Merci de me contacter pour que je vous envoie les coordonnées postales.

Forum

REZO: quelle utilité?

Démarrée par Joseph Rouzel dans Général. Dernière réponse de Djamila Zaatri Il y a 2 heures. 56 Réponses

Il y a actuellement 3332 inscrits sur REZO. Quand je vois la pauvreté des échanges (pas en qualité, mais en quantité) je me pose vraiment la question de l'utilité de cette plateforme. Ce que j'en attends - c'est pour cela que je le tiens à bout de…Continuer

Règne des images; images des règnes.

Démarrée par Joseph Rouzel dans Général mardi. 0 Réponses

Si les situationnistes avançaient que notre monde avait basculé dans une société spectaculaire et marchande, les hommages déferlants à Johnny en donnent la confirmation. N'est-ce pas un peu trop? ont dit certains. Regis Debray dans le Monde…Continuer

Billets

ON M’A VENDU TELLEMENT DE RÊVES QUE JE N’AI PLUS SOMMEIL

Publié(e) par Laurent OTT le 14 décembre 2017 à 22:10 0 Commentaires

On m’a vendu tellement de rêves que je n’ai plus sommeil  (Frau Sakura)

L’horreur des automatismes

Je me souviens de mon effroi de petit garçon face au spectacle d’un coq dont ma…

Continuer

© 2017   Créé par Joseph Rouzel.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation