NE SOYEZ PAS UN RÉSEAU, SOYEZ UN CENTRE; NE SOYEZ PAS COMPLÉMENTAIRES, SOYEZ ENTIERS !

A toutes les rentrées, c’est la même chose; on nous dit quoi penser « raisonnablement » de chaque sujet,  et en particulier, de l’éducation, de l’enfance et de « l’Ecole ». On appelle cela, justement, un « marronnier », un temps d’attention saisonnier, futile et obligatoire sur un sujet qu’on se pressera de classer, ordonner et de remiser aux oubliettes, dès le lendemain.

http://www.intermedes-robinson.org/wp-content/uploads/2017/08/IMG_2543-300x225.png 300w, http://www.intermedes-robinson.org/wp-content/uploads/2017/08/IMG_2... 768w, http://www.intermedes-robinson.org/wp-content/uploads/2017/08/IMG_2... 480w" sizes="(max-width: 922px) 100vw, 922px" />

Penser avec des pensées toutes faites, telle est la condition de la nouvelle inhumanité. C’est du prêt à concevoir, à dire , à raconter, à partager…

Plus que tout autre domaine, l’Education et le Social sont les champs où nous impose le plus de pensées « formatées », moyennes et raisonnables; exemplaires, consensuelles, tièdes.

Or toute pensée cache toujours la manière dont on se pense soi même, comme acteur social, éducatif, politique de sa vie et de son temps. Il est là, l’enjeu de toute idéologie: limiter la définition de qui nous sommes et de ce que nous pouvons être.

Ainsi l’enseignant, le travailleur social, l’animateur, le « simple citoyen » sont-ils convoqués en permanence à se représenter comme des petits maillons de chaîne. Ils devraient être connectés, les uns les autres, travailler en « bonne intelligence », les uns à côté des choses selon des protocoles. Le mot d’ordre est là: « faire réseau », « être complémentaire », accepter d’être un fragment.

Il est bien commode d’inviter l’acteur social à perdre de vue la globalité et le sens de son action, comme de son impact, en lui réaffirmant qu’il n’est qu’une poussière dans un ensemble qui lui échappe et qui n’est ni à sa portée, ni lié à son vouloir.

La dilution des tâches, comme des responsabilités, contribue à décerveler l’acteur de terrain qui avale de plus en plus de couleuvres , mais qui n’en fait pas une maladie (en tout cas pas tout de suite) car il n’est qu’un petit maillon de la chaîne.

Tout réseau est un filet; tout réseau est entrave et trop longtemps les acteurs sociaux se sont consolés de leur perte d’influence, de liberté et de pouvoir d’agir, par l’hypothétique satisfaction d’être en lien avec d’autres acteurs et partenaires; de ne plus être seuls dans  galère et d’être -pourquoi pas- un plus efficaces ensemble.

Mais tout cela est du vent ; ce que nous n’osons pas tout seul, nous n’aurons pas le courage de le faire au nom d’une pluralité d’éléments en réseau. Les réseaux échouent toujours à devenir des collectifs. Au mieux, ils sont un e pluralité de solitudes.

Nous constatons que les réseaux ne se risquent pas, ne s’engagent jamais et n’arrivent presque jamais à constituer un « nous » possible ou effectif.

La Base du social , l’avons nous oubliée?  C’est l’autonomie de l’acteur sur son propre terrain, sa liberté, sa nécessité d’agir et de construire un sens cohérent et global au delà même de son action.

Il faut être « Un » d’abord pour pouvoir être entier et même participer d’une communauté possible. Il faut d’abord être une personne entière. Une personne, c’est tout le contraire de l’individu qui n’est que matériau ou fragment d’un ensemble qui lui échappe. Seule les premières  personnes sont créatrices, au singulier , comme au pluriel.

Ne soyez pas complémentaires, ne fractionnez pas vos actions, ne cloisonnez pas vos combats ! Soyez les mêmes dans  la rue, au travail, à la maison. Soyez entiers; exigez la cohérence.  Soyez sauvages et vrais!

   KroniK des Robinsons de la Route: Tournée d’été AVEN SAVORE 22 – 27 Aout

http://www.intermedes-robinson.org/wp-content/uploads/2017/08/2017-08-23-13.41.57-2-300x166.jpg 300w, http://www.intermedes-robinson.org/wp-content/uploads/2017/08/2017-... 768w" sizes="(max-width: 1024px) 100vw, 1024px" />

http://www.intermedes-robinson.org/index.php/2017/08/29/ne-soyez-pa...

Vues : 23

Commenter

Vous devez être membre de REZO Travail Social pour ajouter des commentaires !

Rejoindre REZO Travail Social

Parole de Sagesse

« Quand un groupe d'hommes renie l'Etat sous l'autorité duquel il avait jusqu'alors vécu, il est bien près en fait d'établir son propre gouvernement. »

Gandhi

Astuces techniques

Désactiver les notifications par mail à chaque réponse dans un forum ou un groupe (dans le cas où votre boite serait "saturée" de message).

Recevoir les communications envoyées à tous les membres du REZO qui peuvent être filtrées par erreur par votre boîte mail.

Contribuer

Pour soutenir REZO, participer aux frais d'hébergement, de maintenance et améliorations :


Merci !
Erwan, administrateur du REZO

Remarque :  pour ceux qui sont réticents à payer en ligne, il est aussi possible d'envoyer un chèque.
Merci de me contacter pour que je vous envoie les coordonnées postales.

Forum

gerpla

Démarrée par Duplat dans Général. Dernière réponse de Joseph Rouzel vendredi. 1 Réponse

Bonjour,Je cherche à pouvoir joindre par mail ou téléphone le GERPLA mais je ne trouve leurs coordonnées nulle part...Continuer

Les 150 ans du Capital de Marx...

Démarrée par Joseph Rouzel dans Général. Dernière réponse de Joseph Rouzel 17 oct.. 3 Réponses

On fête les 150 ans du Capital de Marx... ça vous dit quelque chose? IL y a le film sur le jeune Marx; un beau livre de Michel Feher: Le temps des investis etc Qu'est-ce qu'on en pense dans le secteur du travail dit "social"? …Continuer

Billets

J'écoute mal un sot qui veut que je le craigne

Publié(e) par Laurent OTT le 20 octobre 2017 à 8:39 0 Commentaires

« J’écoute mal un sot qui veut que je le craigne,

Et je sais beaucoup mieux ce qu’un ami m’enseigne. » 

Victor Hugo: Discours sur l’enseignement mutuel –…

Continuer

© 2017   Créé par Joseph Rouzel.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation