ARRÊTEZ LES VERBES EN « RÉ »!


Immanquablement en ces temps troublés, la plupart de nos réunions, de nos colloques, de nos rencontres finissent de la même manière.

Après  un temps d’exposé où on entend et partage des analyses remarquables, après de longs débats où on se laisse convaincre, où on se laisse emporter , après avoir ressenti collectivement une impulsion et une énergie d’agir… nous finissons toujours par les mêmes étouffoirs.

http://www.intermedes-robinson.org/wp-content/uploads/2017/10/DSC_8554-Modifier-300x200.png 300w" sizes="(max-width: 400px) 100vw, 400px" />

Au moment où semble possible enfin  d’inventer du neuf, de commencer quelque chose, voici que nous nous mettons malgré nous et les uns et les autres à répéter les mêmes refrains.

La plupart terminent les discours et les rencontres par un appel à la vigilance, alors que nous venions de nous mettre d’accord, ensemble, que ce stade était dépassé depuis belle lurette. C’est comme une vitesse qu’on rétrograde, l’appel à la vigilance sonne comme un: « On continue comme ça et on fait comme si on n’avait rien remarqué ». On pourrait presque ajouter: « Comme si on n’avait rien vécu ».

Il est curieux d’appeler un collectif à ce qui n’est, au mieux, qu’une attitude intérieure, une alerte , une veille. Est ce donc la nuit pour longtemps? Faudra-t-il toujours dormir?

Après l’appel à la vigilance vient dans l’ordre des conclusions mortifères, un autre appel presque aussi fréquent, celui qui nous exhorte à « ne rien lâcher ».

« Ne lâchons rien », disent ceux qui retournent à leur quotidien, qui se séparent,  qui quittent les débats, qui rompent les réunions et l’observateur anxieux peut se dire à ce moment là que tout a déjà été lâché.

Comment se fait il que nous en arrivions toujours là? Etre capables de constats précis, de jugements sans complaisance, d’une nécessaire vision radicale des choses, mais qu’au moment de l’agir, celui de la détermination collective, nous flanchions toujours? Ce terrible désir de reporter , de remettre ça , et de nous condamner nous mêmes à répéter encore et encore l’échec que nous avons constaté depuis le début?

Alors certains font l’effort pour aller encore un peu plus loin et ils lancent alors des appels  de « VERBES EN RE_ « .

Selon eux , il va nous falloir « RE-inventer » la société de demain, le lien social ou autre chose; « RE-créer » la convivialité, le vivre ensemble, « RE-enchanter » le monde , nos valeurs, nos idéaux.

On tombe, à cette occasion, dans une vision de la RE-paration. On invoque l’idée d’une société qui ne serait que partiellement  endommagée, d’un accident facilement surmontable, d’une anomalie temporaire. On se met à rêver qu’on pourrait tout « RE-dresser », « Re-staurer », « Re-habiliter »

Après l’appel à la vigilance , nous voici donc donc l’attente de la  « Grande réparation » (ou du grand Réparateur); celui qui nous permettra de sauver l’essentiel d’un système et d’une organisation dont on préfère percevoir l’évolution comme une anomalie , plutôt que comme un défaut d’origine.

Ne pouvant concevoir du neuf, on pense que quelque chose est à refaire, on réitère ce qui a déjà eu lieu. Face au dilemme d’un avenir incertain, on cherche des solutions en arrière , dans un passé supposé plus doré et plus glorieux.

Comment devons nous entendre en effet les appels à  « Re-tisser » du lien social , de la convivialité et du « vivre ensemble », sinon comme la croyance qu’il aurait déjà existé un âge d’or de ces valeurs sociales?  Il semble importer peu que cette croyance ne repose que sur du vent.  S’il y a aujourd’hui des désastres sociaux en cours, c’est justement parce que rien dans le passé ne nous avait préparé à vivre et affronter ces phénomènes sociaux que nous subissons et qui sont inédits.

On ne luttera pas contre les problématiques modernes avec les remèdes sociaux d’un autre temps et d’un autre contexte.  Vouloir plus de la même chose (autorité, contrôle, mérite, sélection, enfermement), quand c’est justement ces mêmes choses même qui ne fonctionnent pas ou plus , ne mène à aucune issue.

Multiplier les liens sociaux? Pourquoi faire quand ces liens n’ont aucun contenu, aucune continuité ou aucune résistance? Développer le vivre ensemble? , pourquoi faire quand on n’a plus la moindre idée de sa voir pour quoi et dans quel but on devrait vivre ensemble?

Là sont les véritables enjeux , les véritables défis, dont la solution ne consistera pas dans le recyclage des idées d’avant hier.

Pour y parvenir, sans doute nous faudrait il un nouveau langage, ou un nouvel usage du langage. Nous retrouvons ici l’intuition de Korczak qui regrettait que les enfants s’expriment dans la même langue que les adultes, sûr qu’il était que ce qu’ils ont à dire va au delà de l’usure des mots.

Il nous faut du neuf; il nous faut agir, pas ré-agiréduquer, pas ré-éduquer;  produire, pas reproduire, etc.

Nous avons à faire face à des problématiques humaines qui n’ont pas encore été résolues.  Si nous buttons sur des obstacles, si les problématiques nous résistent c’est parce qu’il faut des ruptures et inventer des choses qui n’ont pas encore été dites.

Alors je propose d’arrêter les verbes en « ré-« , car ce sont des verbes mous, des verbes perdants, qui ont déjà raté leurs cibles, une première fois.

Préférons des verbes durs comme le fer, des verbes en « faire » : faire savoir, faire bouger, faire comprendre, avec du savoir-faire, du pouvoir-faire.

Partenariat LILO:

Bonne nouvelle, notre projet a été sélectionné sur le moteur de recherche Lilo. Vous pouvez désormais nous financer gratuitement en utilisant Lilo pour vos recherches quotidiennes !

Pour découvrir ce nouveau moteur et nous financer gratuitement, c’est très simple :
1-Se rendre sur http://www.lilo.org/?utm_source=intermedes-robinson pour utiliser le moteur de recherche Lilo.
2-Cumuler au minimum 50 gouttes d’eau.
3-Aller sur la fiche projet http://www.lilo.org/fr/intermedes-robinson/… et verser au minimum 50 gouttes d’eau la première fois que vous nous verser vos gouttes d’eau (les fois suivantes, c’est à souhait).
4-Faire ses recherches au quotidien avec Lilo pour gagner des gouttes d’eau.
5-Reverser régulièrement ses gouttes d’eau, en se rendant directement sur la fiche projet http://www.lilo.org/fr/intermedes-robinson/…

http://www.intermedes-robinson.org/index.php/2017/10/05/arreter-les...

Vues : 23

Commenter

Vous devez être membre de REZO Travail Social pour ajouter des commentaires !

Rejoindre REZO Travail Social

Parole de Sagesse

« Quand un groupe d'hommes renie l'Etat sous l'autorité duquel il avait jusqu'alors vécu, il est bien près en fait d'établir son propre gouvernement. »

Gandhi

Astuces techniques

Désactiver les notifications par mail à chaque réponse dans un forum ou un groupe (dans le cas où votre boite serait "saturée" de message).

Recevoir les communications envoyées à tous les membres du REZO qui peuvent être filtrées par erreur par votre boîte mail.

Contribuer

Pour soutenir REZO, participer aux frais d'hébergement, de maintenance et améliorations :


Merci !
Erwan, administrateur du REZO

Remarque :  pour ceux qui sont réticents à payer en ligne, il est aussi possible d'envoyer un chèque.
Merci de me contacter pour que je vous envoie les coordonnées postales.

Forum

Lettre de Winnicott sur le comportementalisme

Démarrée par Joseph Rouzel dans Général. Dernière réponse de Joseph Rouzel Il y a 12 heures. 16 Réponses

Dans un moment de l'histoire où l'approche comportementale fait flores, où un Ministère dit de la Santé  prend position pour les méthodes issues des neurosciences, où l'on menace de fermeture tout établissement qui ne marche pas au pas de la…Continuer

Passeurs de livres

Démarrée par Joseph Rouzel dans Général Il y a 12 heures. 0 Réponses

Voici une expérience qui devrait nous réjouir et peut-être nous inspirer...Passeurs de livres*par Marie-Hélène BlancardLa tragédie syrienne se termine dans l’indifférence. Gaz sarin, famine, mort des enfants et des vieillards dans des villes…Continuer

Billets

Critique de l'idéologie du consentement

Publié(e) par Laurent OTT le 9 novembre 2017 à 23:16 0 Commentaires

Les campagnes d’information sur des actes odieux , commis par des puissants et généralement de caractère sexuel, mettent en scène une indignation générale quasi obligatoire, autour du leitmotiv du…

Continuer

© 2017   Créé par Joseph Rouzel.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation