Bonjour à tous,

Je suis en train de préparer mes écrits pour la certification (enfin^^)

Je base mon écrit du domaine de compétence 1 (accompagnement social et éducatif spécialisé) sur la position d'adulte de référence. Je suis parti de cette idée grâce à mon stage avec des personnes toxicomanes où moi, Delphine, 24 ans j'expliquais à une personne de 52 ans qui faisait facilement une tête de plus que moi, que je savais qu'elle était capable de ne pas consommer pendant le week-end où elle était en sortie. J'aimerais développer l'idée que c'est ma position dans l'Institution qui a permis à cette personne de me faire confiance, d'entendre ce que je dis comme une "référence". Auriez-vous des auteurs en tête qui pourraient faire avancée ma réflexion?

Merci d'avance, 

Delphine

Vues : 1292

Commentaire de David Chetman le 11 novembre 2014 à 7:46

"J'aimerais développer l'idée que c'est ma position dans l'Institution qui a permis à cette personne de me faire confiance, d'entendre ce que je dis comme une "référence"."

"Action de référer ou de renvoyer d’une chose à une autre, à un texte, à une autorité."

La "position d'adulte de référence" , j'aime pas trop ce terme d’où crois tu qu'elle vienne ?

De l'institution qui dit à des gens vos référents seront X et Y ? , ou bien des gens qui eux par la relation que vous aurez , t'auront choisie comme étant une personne de confiance à qui se référer en cas de besoin ?

Parfois la personne de référence "instituée" , ne l'est pas pour la personne ou du moins pas pour tout, combien de fois des résidents ont été chercher ailleurs plutôt qu’auprès de moi des réponses à leurs questions .......

Je me souviens d'une femme dont j’étais "référent"  et qui un jour avait un problème qui la tenaillait mais ne pouvait et ne voulait pas en parler avec moi , pas de problème je lui ai dit d'aller voir une autre personne , et pas obligatoirement un educ, et en en parlant elle s'est trouvé quelqu'un qui pour elle pourrait on dire faisait référence et elle a pu par là même avoir des réponses à ses questionnements.

A l'inverse il y avait une résidente,que j'avais longtemps accompagné , qui venait me voir à chaque fois que "ses"  éducs lui disaient un truc un peu important, et à chaque fois je disais pareil qu'eux mais sans aucune "complicité" , juste parce-que c’était censé , je me suis fait "allumer" par une de ses educ un peu "possessive" , mais la relation tissée durant des années avec cette personne , avec des moments pas facile , générait cette confiance qu'elle m'accordait , et  mes propos, ma parole n’était légitime que parce-qu'elle même lui conférait cette "légitimité" ....

Crois tu vraiment que ta simple position de stagiaire , fait que cette personne t'ai accordé sa confiance ?

Bien sur cela joue , tu ne fais pas partie de l’équipe qui est là depuis longtemps et un regard plus neutre , peut être plus objectif , peut jouer , mais à mon sens ça ne fait pas tout , c'est pas rien que quelqu'un te choisisse comme "personne digne de confiance" , il faudrait développer un peu tes relations avec cette personne avant , celles qu'elle avait avec l’équipe etc etc .....

Si une parole n'a pas la même valeur pour une personne , c'est qu'entre elle et l’émetteur de cette parole il y'a quelque chose de différent qui fait qu'elle est prise plus au sérieux , qu'elle est plus porteuse de sens , comme cela m'est arrivé chez des amis , parfois, avec leurs enfants qui leur disaient non et si moi je formulais la même demande c’était oui ........

Parfois c'est parce-qu’une relation s'est tissée au fil du temps et d'autres fois c'est le "regard extérieur"  un peu plus neutre et surtout un peu décalé ,que celui des accompagnants habituels , cent fois rabâché, qui va faire sens , mais toujours c'est la personne qui choisit , et dans le cadre de la relation entre deux personnes ........

Commentaire de Minh le 13 novembre 2014 à 15:46

faites ce que vous pensez que les examinateurs demandent, et réflechissez comme vous le faites déjà en parallele,..

répondez à la commande ,... le reste est en cours dans la tête, c'est ce que je me dis pour moi.

trop de quetsions pour votre certification risquent de mettre l'autre en difficulté et devant sa difficulté il va vous retourner la crêpe pour qu'elle retombe sur vous,.. confiture ou déconfiture à vous de choisir...

amicalement Minh

Commentaire de Rozenn le 13 novembre 2014 à 20:22

Salut Twily

tu ne donnes pas encore assez d'éléments pour qu'on puisse te donner des pistes biblio

et alors ? cette personne ? elle a pu ne pas consommer pendant son week-end de sortie ? Comment ça s'est passé pour elle ?

et toi ? comment tu l'as vécu ?

quelles sont les questions que ça t'a posé ?

autre chose : tu fais référence à ton âge et ta taille pourquoi ?

Commentaire de Rozenn le 13 novembre 2014 à 20:25

autrement : mieux vaut laisser tomber (temporairement) l'idée que tu souhaites développer et poser la question autrement. Du genre : qu'est-ce qui a permis à cette personne de me faire confiance ?

Sinon tu risques de passer à côté de l'aspect multifactoriel des choses.

Commentaire de Rozenn le 13 novembre 2014 à 20:31

confiance, référence, position (statut ? fonction ? autre ?) constituent des mots-clés pour une recherche biblio

Commentaire de Pia Perrot le 13 novembre 2014 à 20:31

Est ce que c'est ta position dans l'institution qui a fait référence ou est ce ton positionnement?

Quelles relations avais tu avec cette personne, comment se sont t'elles tissées? à travers quoi, à quel moment as tu senti que tu pouvais te permettre de lui renvoyer que tu espérais qu'elle ne consommerait pas pendant le week end.... oui je suis d'accord avec Rozenn, trop peu d"éléments pour aller plus loin.

Et puis c'est quoi au juste un référent? qui le choisit et à quoi ça sert?

Commentaire de Richard Delafond le 13 novembre 2014 à 21:10

Bonjour Twily

Dans le referentiel de ta formation, se positionner comme adulte de référence est relié à la l'idée d' "assurer une fonction de repère et d'étayage dans une démarche éthique". ça peut de donner une idée de ce qui est attendu.

Mais puisque tu cherches de références (justement !) biblio, il y a un numéro des cahiers de l'actif qui est consacré à cette question :

http://www.actif-online.com/fichiers/publications/som_424.pdf

tu peux trouver aussi des idées dans les dictionnaires spécialisés (le guide le l'éducation spécialisé de Dréano par ex)

peut être quelques citations peuvent également t'offrir quelques directions possibles :

" Dans le respect et l’écoute de l’autre et tout en sachant qu’il doit parfois poser des limites, il veut à la fois être suffisamment présent «  utile » pour devenir significatif, et suffisamment distancié pour ne pas imposer « sa » direction. Il faut sans doute dire qu’il y a là une situation bien paradoxale puisqu’il est « payé » pour éduquer- c'est-à-dire pour participer activement à la formation d’un être humain- et parce qu’il craint non sans raison une sorte d’abus de pouvoir. » Capul et Lemay, De l’éducation spécialisée, Eres, 1998

« La finalité de la relation éducative n’est pas de normaliser la personne, de la guérir ou de réparer un préjudice. Elle est de l’aider à devenir actrice de sa vie en favorisant le passage du vivre à l’exister» P. Gaberan, La relation éducative, Eres, 2003

bon courage !

Commentaire de David Chetman le 14 novembre 2014 à 8:06

"Il faut sans doute dire qu’il y a là une situation bien paradoxale puisqu’il est « payé » pour éduquer- c'est-à-dire pour participer activement à la formation d’un être humain-"

Pas auprès d'adultes qui plus est de 52 balais , ils sont de facto des êtres "humains formés" .....approche sans aucun rapport de celle auprès d'enfants ......d'ailleurs dans l'annexe 10 de la 66 on ne parle pas d’ES ou de ME mais d'animateurs  , quant à moi je préférè celui d'accompagnant .......

Le mot normaliser est un piège , si il ne s'agit nullement de formater , la personne pour arriver à cette liberté dont parle Gaberan il lui faut quand même tenir compte d'un certain nombre de "normes" sociales basiques pour pouvoir exister , justement , au sein du corps social comme tout un chacun , pas plus mais pas moins que pour chacun d'entre nous la base pour le vivre ensemble .....

Commentaire de Richard Delafond le 14 novembre 2014 à 8:46

j'aurais du couper les citations :

pour la première et en lien avec le sujet de twily, c'est surtout le "être suffisamment présent «  utile » pour devenir significatif, et suffisamment distancié pour ne pas imposer « sa » direction" qui me semblait intéressant

Pour Gaberan, l'idée que la question de la référence doit se poser d'abord du point de vue de la personne accompagnée, plus que de l'accompagnant, à mon sens et pour faire vite.

Commentaire de David Chetman le 14 novembre 2014 à 9:41

En fait Richard c'est plus subtil que ça .

On devrait distinguer ou subdiviser le terme de "référent" car toute une partie de ce "rôle" est assez basique et souvent relié à du matériel , par contre avec certaines personnes au fil de cet accompagnement une relation va se tisser , souvent d'ailleurs dans l’épreuve et les épreuves et plus on en traverse avec la personne plus ça tisse une étoffe très solide ..

Mais ce n'est pas pour autant qu'on devient LA référence , ce rôle là est dévolu à la personne accompagnée , alors oui on peut faire "référence"  sur des points , quand la personne est face à un dilemme en lui expliquant notre point de vue , mais après c'est bien elle qui en prenant différents avis ( ce que j'incitais toujours à faire) , décidera , et quand bien même elle ferait un choix hasardeux ben on sera là ..............

Cette jeune femme qui venait me consulter souvent , le fait encore parfois , malgré le fait que je ne travaille plus depuis bientôt 4 ans ........

On est loin des termes un peu technocratiques de "référent et référence" et dans tous les cas c'est bien la personne qui choisit à qui elle va s'adresser et pourquoi , ce qui in fine est notre taf , de faire en sorte que la personne , si l'on est pas là ou autre puisse se référer à un autre que nous .......

Je développerais un autre exemple de ce passage de relais "naturel" choisi et acté .....

Commenter

Vous devez être membre de REZO Travail Social pour ajouter des commentaires !

Rejoindre REZO Travail Social

Parole de Sagesse

« Quand un groupe d'hommes renie l'Etat sous l'autorité duquel il avait jusqu'alors vécu, il est bien près en fait d'établir son propre gouvernement. »

Gandhi

Astuces techniques

Désactiver les notifications par mail à chaque réponse dans un forum ou un groupe (dans le cas où votre boite serait "saturée" de message).

Recevoir les communications envoyées à tous les membres du REZO qui peuvent être filtrées par erreur par votre boîte mail.

Contribuer

Pour soutenir REZO, participer aux frais d'hébergement, de maintenance et améliorations :


Merci !
Erwan, administrateur du REZO

Remarque :  pour ceux qui sont réticents à payer en ligne, il est aussi possible d'envoyer un chèque.
Merci de me contacter pour que je vous envoie les coordonnées postales.

Forum

Lettre de Winnicott sur le comportementalisme

Démarrée par Joseph Rouzel dans Général. Dernière réponse de Joseph Rouzel Il y a 7 heures. 14 Réponses

Dans un moment de l'histoire où l'approche comportementale fait flores, où un Ministère dit de la Santé  prend position pour les méthodes issues des neurosciences, où l'on menace de fermeture tout établissement qui ne marche pas au pas de la…Continuer

Des citations ..à l incitation à la reflexion

Démarrée par polipheme dans Général jeudi. 0 Réponses

https://m.facebook.com/groups/205067216346146?view=permalink&id=755307574655438cet espace Citation'Reflexion s'est ouvert il y a quelques heures ,…Continuer

Billets

Critique de l'idéologie du consentement

Publié(e) par Laurent OTT le 9 novembre 2017 à 23:16 0 Commentaires

Les campagnes d’information sur des actes odieux , commis par des puissants et généralement de caractère sexuel, mettent en scène une indignation générale quasi obligatoire, autour du leitmotiv du…

Continuer

© 2017   Créé par Joseph Rouzel.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation