Il y a actuellement 3332 inscrits sur REZO. Quand je vois la pauvreté des échanges (pas en qualité, mais en quantité) je me pose vraiment la question de l'utilité de cette plateforme. Ce que j'en attends - c'est pour cela que je le tiens à bout de bras - c'est l'ouverture d'une ruche qui bourdonne, de conversations riches et variées, de témoignages vivants, de disputatio et de joutes dialectiques... Quand j'ouvre REZO, ce que je vois est tout autre: un désert, avec quelques bédouins conduisant leur chameaux! J'aime bien les bédouins... Mais...

Quel interêt? J'ai quand même dans l'idée d'arrêter ce site s'il ne s'y manifestent pas plus de passants enthousiastes pour parler des pratiques sociales...

Vues : 818

Y répondre

Réponses à cette discussion

je serais bien incapable de répondre par oui ou par non à cette question 

c'est une bonne question pour moi, je préfère vivre un peu avec que d'y répondre 

Djamila Zaatri a dit :

C'est quand on ne l'attend pas qu'elle se déploie. Non? (la parole)

Ce que j'aime dans notre métier c'est quand j'entends un :"ça va?" avec la bonne intonation d'une personne qui n'a que quelques mots à son actif. Je trouve ça phénoménal!

Du coup, on pourrait dire que la parole se déploie quand le sujet est prêt. Non?

Deux immortels tombés au champ d'honneur : D'ormesson et Johnny. Ces temps-ci, ça déglingue. A propos de Char je n'oublie pas que ses mots de braise jetés sur le papier ont aussi leur ancrage (encrage) dans une position de combat, de résistance. Pas l'un sans l'autre. Ouvrir des champs d'expression comme rezo participe de ce mode de résistance. Le problème c'est que l'ennemi de la Résistance d'hier, visible, massif, est devenu invisible. Les fonds de pension, qui sont en train d'envahir le champ du travail social (cf les Social Impact Bonds), c'est qui? Comment lutter? Je crois plus que jamais que dire ce qu'on fait, raconter des histoires, frayer avec  "la racontouze" de Georges Perec, est subversif... C'est ce qui me pousse , passé allègrement l'âge de se mettre en retrait, à poursuivre en formation, dans mon cabinet de psy, dans des publications, en ouvrant des espaces de parole et d'expression. Il m'a semblé que rezo pouvait participer de ce mouvement de résistance... 

D'Ormesson et Johnny, "des immortels tombés au champ d'honneur" ? Au champ d'honneur des exilés fiscaux pour ce cher Johnny? Il fallait oser ! Quelle  drôle de compagnie pour René Char, qui n'était pas en effet, lui, un résistant d'opérette...

Il est aussi significatif, dans le contexte d'aujourd'hui, que tout ce mouvement "résistant " qui se retrouve sous la bannière de "l'appel des appels" - un mouvement qui surfe sur les "tendances culturelles" (Freud) du temps en produisant ses doctrines d'accompagnement libérales libertaires  (en sociologie comme en psychanalyse, cf. pour cette dernière le prétendu "regard neuf de la psychanalyse sur les nouvelles parentalités") - n'ait semble-t-il rien à dire sur le retour actuel de l'ordre moral et de l'envie du pén..al, sous les allures de l'ultra féminisme et de l'homosexualisme qui en est son rejeton chéri . ..

Au temps des folies criminelles de la dite "révolution culturelle chinoise" (dont dans ma jeunesse je fus un des fascinés ), il y avait un mot d'ordre clef : "ce qu'un homme peut faire une femme le peut aussi"

Et bien , de nos jours, la grande révolution culturelle d'Occident,  celle de la "déconstruction infinie ", en a renversé le motif, et pour cause, cause de phallicité (refoulée, non symbolisée ) renversée  : "ce qu'une femme peut faire un homme le peut aussi"... Et en particulier, of course, faire la mère,  et pas n'importe laquelle : la mère toute du fantasme incestueux... Tout cela, qui est au principe de ce que je nomme "régression preoedienne") et qui vient de loin, a non seulement un prix - le prix de la casse subjective, celle des laissés pour compte de la Raison et de la Parole -, mais  une conséquence majeure pour nos milieux. Celle du verrouillage "incestueux" des pouvoirs (des montages de la protection de l'enfance, et de la position des associations), qui est aussi verrouillage des praticiens, femmes et hommes confondus dans le Même,  dans une identification (tout à la fois inconsciente et idéale ) à Big Mother ( le correcteur avait écrit "bit mother"...).

Notez bien que les tenants les plus actifs de cette régression - des ultra féministes à tous les "liquidateurs d'oedipe" (Michaux) -  pour chercher à nous ramener au mythe des parents combinés,  d'avant la différence des sexes, ne font ainsi la preuve que de leur propre oedipisme insu, avec à la clef la production d'un nouveau juridisme, fondé sur l'éternel amour du censeur. Il n'est dés lors pas étonnant,  qu'à l'envers de l'ancienne, la névrotique,  le principe de la nouvelle économie psychique soit celui de la perversion. C'est ainsi que sous les idealisations perverses mensongères, le virus surmoique a de beaux jours devant lui, d'autant que ce n'est pas sur nos résistants d'opérette qu'il faut donc compter pour en produire le vaccin... 

Ah! Ces adeptes féroces de la pureté (de la race, de la famille, des moeurs, de l'inconscient...)... ça finit toujours pas l'Inquisition. 

Non et puis tolérer le petit pendanx sur ce forum, c'est surtout ça qu'il fallait oser !

PENDANX Daniel a dit :

D'Ormesson et Johnny, "des immortels tombés au champ d'honneur" ? Au champ d'honneur des exilés fiscaux pour ce cher Johnny? Il fallait oser ! Quelle  drôle de compagnie pour René Char, qui n'était pas en effet, lui, un résistant d'opérette...

Il est aussi significatif, dans le contexte d'aujourd'hui, que tout ce mouvement "résistant " qui se retrouve sous la bannière de "l'appel des appels" - un mouvement qui surfe sur les "tendances culturelles" (Freud) du temps en produisant ses doctrines d'accompagnement libérales libertaires  (en sociologie comme en psychanalyse, cf. pour cette dernière le prétendu "regard neuf de la psychanalyse sur les nouvelles parentalités") - n'ait semble-t-il rien à dire sur le retour actuel de l'ordre moral et de l'envie du pén..al, sous les allures de l'ultra féminisme et de l'homosexualisme qui en est son rejeton chéri . ..

Au temps des folies criminelles de la dite "révolution culturelle chinoise" (dont dans ma jeunesse je fus un des fascinés ), il y avait un mot d'ordre clef : "ce qu'un homme peut faire une femme le peut aussi"

Et bien , de nos jours, la grande révolution culturelle d'Occident,  celle de la "déconstruction infinie ", en a renversé le motif, et pour cause, cause de phallicité (refoulée, non symbolisée ) renversée  : "ce qu'une femme peut faire un homme le peut aussi"... Et en particulier, of course, faire la mère,  et pas n'importe laquelle : la mère toute du fantasme incestueux... Tout cela, qui est au principe de ce que je nomme "régression preoedienne") et qui vient de loin, a non seulement un prix - le prix de la casse subjective, celle des laissés pour compte de la Raison et de la Parole -, mais  une conséquence majeure pour nos milieux. Celle du verrouillage "incestueux" des pouvoirs (des montages de la protection de l'enfance, et de la position des associations), qui est aussi verrouillage des praticiens, femmes et hommes confondus dans le Même,  dans une identification (tout à la fois inconsciente et idéale ) à Big Mother ( le correcteur avait écrit "bit mother"...).

Notez bien que les tenants les plus actifs de cette régression - des ultra féministes à tous les "liquidateurs d'oedipe" (Michaux) -  pour chercher à nous ramener au mythe des parents combinés,  d'avant la différence des sexes, ne font ainsi la preuve que de leur propre oedipisme insu, avec à la clef la production d'un nouveau juridisme, fondé sur l'éternel amour du censeur. Il n'est dés lors pas étonnant,  qu'à l'envers de l'ancienne, la névrotique,  le principe de la nouvelle économie psychique soit celui de la perversion. C'est ainsi que sous les idealisations perverses mensongères, le virus surmoique a de beaux jours devant lui, d'autant que ce n'est pas sur nos résistants d'opérette qu'il faut donc compter pour en produire le vaccin... 

Je suis pour accueillir tout le monde, évidemment  dans des formes socialement acceptables. Et puis les inquisiteurs, les Fouquier-Tinville de papier n'ont jamais tué personne. ça permet quand même un traitement minimum de la haine... 

Dans le "cas Felix" introduit sur ce forum, ce qui s'est engagé n'est pas un conflit entre des gentils et des inquisiteurs, mais un tout autre conflit - qui regarde et implique chacun -, conflit qui se révèle particulièrement dans le cours d'une cure analytique, celui entre un désir de savoir (de savoir du nouveau tout à la fois sur le contexte instituant du sujet de la parole - qui est aussi la question du sacrifice et de la dette, question de justice -, et sur son propre désir ) et un désir de ne pas savoir. Ce désir (ou "volonté ") de ne pas savoir s'accompagne toujours d'un motif refoulé de haine et d'un entraînement meurtrier, au passage à l'acte. Celui du "killer", qui peut être tout aussi bien celui collectif d'une dite "équipe " : habituelle défense contre la dépression, qui peut toutefois laisser espérer pour certains - s'ils ne recevaient légitimité du discours militant et "indulgences" diverses dans le contexte de tant de ces dites "supervisions" (où, telle l'Église dans la vieille politique des confesseurs, la bonne mère institutionnelle va garder la main sur le conflit du sujet, et partant sur le sujet en personne!) - un renversement... C'est d'ailleurs ainsi que s'ouvrit pour moi, pour le "killer" que je fus aussi, par la grâce d'un analyste qui exerçait son office, non militant dans cette institution où je faisais mes débuts, dans ce que j'appelle les bonnes limites, le chemin de l'analyse, de ma première psychanalyse.

Ce désir de savoir dont je parle, et que je soutiens (c'est la seule chose que peut d'ailleurs faire la pensée psychanalytique face aux impératifs du du discours militant), il est de l'ordre de cette "curiosité" dont Pierre Legendre relevait qu'elle "reporte chacun à sa propre histoire généalogique, tant culturelle que familale". Et une analyste de mes amis me faisait remarquer combien aujourd'hui "l'intimidation porte aujourd'hui sur la curiosité elle-même "..., et donc exige l'effacement de la problématique oedipienne..., autrement dit, l'adaptation de la psychanalyse à l'illusion contemporaine. Ce qui m'a ainsi beaucoup intéressé et instruit dans ce qui c'est ici déroulé autour du cas Felix, ré-éclairant toute mon expérience institutionnelle en la matière (dans le traitement des cas tant en institution qu’en AEMO)  c'est justement comment s'est exercé et à été entretenu le plus véritable refus de questionnement , le plus véritable refus de chercher à comprendre les causes généalogiques (familiales et institutionnelles, voire juridiques), de cette situation tragique de l'enfant, les causes qui sont celles d'un véritable sacrifice d'enfant (redoublant sûrement des sacrifices antérieurs, peut-être celui de sa mère en tant que sujet sexuée), des causes dans lesquelles  s'engagent donc les enjeux les plus nodaux, les plus vitaux - enjeux de justice, de justice généalogique - qui sont au principe, je vais employer un mot que j'emploie bien rarement tant il est galvaudé, éthique de nos pratiques éducatives et cliniques.
Mais le militant ne désarmera pas : jamais la pensée militante ne désarme, quitte à faire du poème un pistolet pour impressionner sinon faire taire l'interprète. Rejoignant ainsi le killer.

Bonjour, effectivement, c'est peut être bien là toute la difficulté des travailleurs sociaux....être là, nombreux, dans l'ombre, en marge, nécessaire au maintient de l'équilibre sociétale (acteurs sans le savoir ou sans se l'avouer, des politiques sociales!)....plein d'idées et de grande capacité dialogique mais dans la difficulté à mettre en œuvre, en action la conceptualisation de notre pratique, à mettre en mots...pris dans ces tensions paradoxales de notre pratique quotidienne où le temps manque pour s’arrêter un peu et échanger!....dialogue pourtant nécessaire pour maintenir notre capacité à être des praticiens réflexifs pertinents aux services des plus fragilisés par ce contexte oppressant et tourbillonnant.

Je suis convaincue de la pertinence de cette plateforme même si elle peine à prendre son envole!...une poignée de bédouins....c'est toujours quelques uns pour ouvrir une voie....la voie de l'échange et de la mise en mots....de notre pratique ingénieuse pour l'Autre.

Oasis, oasis...

oui vous avez raison ! autant pour moi

Joseph Rouzel a dit :

Je suis pour accueillir tout le monde, évidemment  dans des formes socialement acceptables. Et puis les inquisiteurs, les Fouquier-Tinville de papier n'ont jamais tué personne. ça permet quand même un traitement minimum de la haine... 

Répondre à la discussion

RSS

Parole de Sagesse

« Quand un groupe d'hommes renie l'Etat sous l'autorité duquel il avait jusqu'alors vécu, il est bien près en fait d'établir son propre gouvernement. »

Gandhi

Astuces techniques

Désactiver les notifications par mail à chaque réponse dans un forum ou un groupe (dans le cas où votre boite serait "saturée" de message).

Recevoir les communications envoyées à tous les membres du REZO qui peuvent être filtrées par erreur par votre boîte mail.

Contribuer

Pour soutenir REZO, participer aux frais d'hébergement, de maintenance et améliorations :


Merci !
Erwan, administrateur du REZO

Remarque :  pour ceux qui sont réticents à payer en ligne, il est aussi possible d'envoyer un chèque.
Merci de me contacter pour que je vous envoie les coordonnées postales.

Forum

REZO: quelle utilité?

Démarrée par Joseph Rouzel dans Général. Dernière réponse de Djamila Zaatri Il y a 6 heures. 45 Réponses

Il y a actuellement 3332 inscrits sur REZO. Quand je vois la pauvreté des échanges (pas en qualité, mais en quantité) je me pose vraiment la question de l'utilité de cette plateforme. Ce que j'en attends - c'est pour cela que je le tiens à bout de…Continuer

Règne des images; images des règnes.

Démarrée par Joseph Rouzel dans Général Il y a 10 heures. 0 Réponses

Si les situationnistes avançaient que notre monde avait basculé dans une société spectaculaire et marchande, les hommages déferlants à Johnny en donnent la confirmation. N'est-ce pas un peu trop? ont dit certains. Regis Debray dans le Monde…Continuer

Évènements

© 2017   Créé par Joseph Rouzel.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation