A l’initiative de l’Association pour la psychanalyse (APLP) et de quelques autres associations dont le  collectif des 39 mais aussi d’enseignants (travaillant notamment au sein des réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficultés) et de parents d’élèves, une soirée d’échanges réunissant plus de 150 personnes s’est tenue à la Bellevilloise le samedi 24 mars autour du maniement  des diagnostics concernant les enfants dans le cadre de l’appareil scolaire.

Diagnostic dont le TDA/H est une figure  emblématique soutenue par quelques options cognitivistes et neuroscientifiques  oubliant les déterminations sociales de tout type qui président pour une large part à cette opération  majeure de la classification des enfants.

Sur ce point le Pr. Hochman rappelait il y a peu que les enfants issus des ghettos noirs des Etats-Unis sont  par exemple surreprésentés parmi les enfants diagnostiqués et donc susceptibles d’être traités pharmaco-logiquement. D’où l’on voit que l’origine de classe (sociale) détermine pour une part le classement scolaire (en échec) et le classement scientifique qui légitime l’opération de classement médico-psychologique ouvrant  de mille manières à  la ségrégation des enfants de l’Ecole publique  orientés vers telle ou telle classe ou dispositif  spécialisé .

Gérard Pommier a rapidement ouvert la soirée par une critique bien documentée de la problématique cherchant à systématiquement localiser les causes des « troubles » des enfants (et des autres) dans quelques fonctionnements neurologiques plus ou moins déficitaires, étant entendu que pour cette option  les ressorts de la pensée résideraient dans l’organisation neuronale. A partir de cet envoi les acteurs de terrain invités à la table, dont des enseignants et des pédopsychiatres sont intervenus pour préciser à la fois l’omniprésence de cette option dans le champ scolaire et exprimer leurs craintes comme leur rejet de cette naturalisation des classements scientifiques opérée au sein de l’Ecole publique obligatoire.

D’où aussi la pertinence d’entendre à cette occasion le point de vue de citoyens non spécialisés (mais vigilants) comme il en fut de Guy Scarpetta  situant clairement l’analyse de la ségrégation comme objectif de cette soirée où nous avons aussi eu le plaisir d’entendre de jeunes chercheurs défendant l’option neuroscientifique, confirmant du même coup que le débat est lancé par des psychanalystes mais  bien au-delà  de leur champ. Le débat avec la salle fut assez vif mais courtois.

En ce sens il s’agit d’un événement relevant de l’intervention exigible des freudiens au cœur de l’actualité du malaise dans la culture et particulièrement des freudiens laissant de côté toute tentation d’enrôlement socialement adaptatif de notre discipline.

D’où la bonne idée de Guy Scarpetta de rappeler que de ce point de vue  l’enseignement de Lacan est une coupure épistémologique dans le champ psychanalytique.  J’ai moi-même alors rappelé que tout n’est pas scientifique dans le champ scientifique et que s’il n’était pas question de nous ériger comme contrôle scientifique de l’option neuroscientifique ou de toute autre option de recherche, il nous revient d’examiner de près les déterminants sociaux de la  ségrégation  des enfants et de leurs familles au plan des masses, et de la  distinguer le cas échéant de ce qui relève des symptômes ou  des souffrances de l’enfance au plan du cas.

Affaiblir ou aggraver  la première relève d’éminents enjeux politiques et d’engagements du même type, la seconde peut relever de l’expérience psychanalytique répondant à une demande subjective étant entendu que les deux registres ne sont pas séparés, tant il est vrai que la ségrégation sociale notamment est lourde de souffrances subjectives. Ce qui marque cette soirée c’est aussi le témoignage parmi les intervenants non pas du rejet des neurosciences ou encore celle  de la nomination d’un de ses représentant au plus haut niveau du conseil scientifique de l’éducation  nationale mais la présence très vive des références  psychanalytiques des  praticiens non psychanalystes.

Ceci doit encourager aussi à la poursuite de ce qui pourrait être un mouvement éclairé par les sciences sociales (dont la psychanalyse) et par la clinique psychanalytique, bien au-delà des cercles freudiens qui doivent s’unir pour  s’ouvrir maintenant à d’autres secteurs,  combattre la ségrégation scolaire et sa naturalisation  scientifique, scientifiquement  peu soutenable et  tout à fait ruineuse au plan de ce que Freud appelait la psychologie  des masses .

Markos Zafiropoulos


 

Vues : 27

Y répondre

Parole de Sagesse

« Quand un groupe d'hommes renie l'Etat sous l'autorité duquel il avait jusqu'alors vécu, il est bien près en fait d'établir son propre gouvernement. »

Gandhi

Astuces techniques

Désactiver les notifications par mail à chaque réponse dans un forum ou un groupe (dans le cas où votre boite serait "saturée" de message).

Recevoir les communications envoyées à tous les membres du REZO qui peuvent être filtrées par erreur par votre boîte mail.

Contribuer

Pour soutenir REZO, participer aux frais d'hébergement, de maintenance et améliorations :


Merci !
Erwan, administrateur du REZO

Remarque :  pour ceux qui sont réticents à payer en ligne, il est aussi possible d'envoyer un chèque.
Merci de me contacter pour que je vous envoie les coordonnées postales.

Forum

Lettre ouverte au président de la République sur ce qu’est et n’est pas la laïcité

Démarrée par Joseph Rouzel dans Général jeudi. 0 Réponses

Lettre ouverte au président de la République sur ce qu’est et n’est pas la laïcitéC’est en toute connaissance de cause que vous avez répondu avec solennité à l’invitation inédite que vous avez reçue de la Conférence des évêques de France. Vous venez…Continuer

UNIT_HEALTH event

Démarrée par greglazor dans Général 14 avr.. 0 Réponses

Hi,I was in an LFR last night and kept receiving UNIT_HEALTH events with "party4" which was weird because I was in a raid (LFR). Is that a bug I wonder? Was "player4" maybe me in the subgroup? I never checked it out?Please help.I did not find the…Continuer

Billets

La société des oiseaux tombés

Publié(e) par Laurent OTT le 19 avril 2018 à 19:02 0 Commentaires

Qui, enfant, ne s’est pas pris au moins une fois de passion pour un oisillon tombé d’un nid?

Combien de générations d’enfants n’ont pas tenté, le plus souvent en vain, de nourrir et d’héberger , ce…

Continuer

© 2018   Créé par Joseph Rouzel.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation