Prise en compte des psychoses chez l'enfant en milieu d'hébergement ou familial.

Bonjour à tous, 

Je me présente à vous, je suis éducatrice spécialisée à la base depuis 18 ans, Art-thérapeute et formatrice. Mais également responsable d'une structure thérapeutique d'hébergement pour jeunes en Belgique, ou j'y observe une recrudescence d'enfants dit prépsychotiques et pour certains en double diagnostique.

Il était prioritaire de mettre un encadrement spécifique pour ces jeunes présentant des symptômes prépsychotiques associés à différents troubles. Nous avons placé un dispositif citoyen, thérapeutique, éducatif et pédagogique et nous avons allié l'art-thérapie ou les ateliers à médiations artistiques ainsi que l'inclusion par la culture pour ces jeunes. Les résultats cliniques sont encourageants et probants. 

J'aimerai connaitre des professionnels qui auraient observés la même émergence dans leurs populations de jeunes, et savoir ce qu'ils y ont installé comme dispositif et en connaitre les résultats.

Et ainsi échanger sur vos prise en compte des psychoses chez l'enfant en milieu d'hébergement ou familial.  

Cordialement,

Stéphanie 

Vues : 137

Y répondre

Réponses à cette discussion

ça serait bien que vous nous racontiez un peu plus ce qui s'y passe dans ce centre, ce que vous mettez en oeuvre etc

Bonjour Monsieur Rouzel,

Enchantée d'échanger avec vous et sur la plateforme Rezo. Je vais tenter de résumer un maximum

Ce lieu de mise en oeuvre s'appelle "Artémiss". Des jeunes y sont accueillis 365 jours par an, de jour comme de nuit. Ils sont entourés de pédopsychiatre, psychologue, thérapeute du développement, logopèdes, éducateurs spécialisés et d'une équipe médicale. 

Nous travaillons sur trois axes: éducatif, pédagogique et thérapeutique.

La pédagogie de base est la pédagogie institutionnelle et de projet, complétée par d'autres pédagogies: différenciée, interactive, humaniste et des expériences positives. Nous avons modélisé en service résidentiel, l'école démocratique instaurée par Monsieur Jean-Luc Tilmant (voir ces livres sur la violence)

Nous travaillons également les territoires, les émotions et les besoins. Pour cela, plusieurs lieux spécifiques comme:

- le SAS d'écoute, (apprentissage de la communication non violente)

- le SAS de décompression, inspiré du Snoezelen. Celui-ci est scindé en deux:

a) Un espace pour décharger les émotions inconfortables: la colère physiquement, l'agressivité. Des outils diverses : Punching ball, matériel de musculation, tapis, malaxothérapie

b) Un espace de relaxation, confortable, cozy contenant et sécurisant.

- L'atelier de création 

- l’espace conseil de groupe

- L'espace plein air et son futur jardin zen.

Nous faisons des entretiens individuels et collectifs plusieurs fois semaine. Mais aussi des ateliers à médiations artistiques. C'est là, que l'art thérapie entre en jeux, par le biais de différents médias: terre glaise, peinture, contes, chants/musiques, customisations diverses, corporel... 

Certes il est important que ces futurs citoyens se repèrent en société pour cela, nous avons créé un projet culturel nommé " Festiv'Arts" Les jeunes vont à la rencontre de différents artistes dans de nombreuses disciplines. Puis en atelier le jeune s'oriente vers le média qui lui correspond le mieux pour s'exprimer, pour se mettre en mots ou en actes. Nous travaillons beaucoup le symbolisme également. Tout au long de cette année, les jeunes ont créés diverses œuvres notamment des chansons, ils enregistrent leurs albums dans un studio pro d’enregistrement. En mai, il y aura une présentation publique hors institution. Le but, c’est que ce soit les jeunes qui soient porteurs et acteurs de leur projet. En résumé, valorisation des rôles sociaux et inclusion !

Je pourrai parler des heures et des heures de ce qui est mis en place depuis 6 ans. Nous travaillons en collaboration avec l’université de Mons Hainaut (Belgique) et nous faisons partis de leur recueil de compétence. Je reste ouverte pour en débattre plus longuement! 

Bien à vous

 

Bien nous avons désormais une bonne description des dispositifs. Mais qu'est-ce qui s'y passe? C'est un peu abstrait.  Vous ne voulez pas raconter des histoires?

J'ai toujours aimé le mot "logopède". Quand il y a bien des  années je suis allé en Belgique pour intervenir dans une formation, la première fois que j'ai entendu ce mot j'ai d'abord cru qu'il s'agissait d'un... oiseau. Bon, c'est vrai, le "berger du logos " (logos-païdos) est un drôle d'oiseau.  "Berger", je tire un peu la ficelle, le verbe païdeuo, veut dire élever, pour les enfants comme pour les animaux... 

Je vous reconnais bien là, d'évoquer l'étymologie, c'est effectivement très riche :) 

Bien sur que nombreuses histoires s'animent dans ce lieu, ce lieu parle, ce projet est très vivant et évolutif car nourri par tout un chacun. Chacun y laisse les traces de son passage.                                 Je vois ce projet comme un diamant taillé par tout un chacun. 

Certaines histoires sont écrites sous forme de contes, d'histoires de résilience ou de chansons. J'aimerai un jour les publier pour les partager aux acteurs sociaux... 

J'ai envie de dire que des miracles s'y produisent, mais ça ne serai pas très scientifique de m'exprimer de la sorte. Tout ce que je sais, c'est que cela donne du sens à tout un chacun...

Vous ne voulez pas nous confier 2 ou 3 histoires, comme ça, en avant première, pour partager... 

Bonjour Stéphanie,

Merci pour ce partage. Je dois avouer que je ne connaissais pas ce diagnostique chez l'enfant. J'ai donc appris quelque chose aujourd'hui.

Bon courage

Christophe

Bonjour Christophe, 

Si tu connais les enfants autistes ;) ils font parti des structures de personnalités psychotiques. 

Il y a des jeunes qui peuvent traverser un épisode psychotique et se stabiliser et sans devenir psychotiques pour autant. Puis il y a les jeunes qui se stabilisent moins et les symptômes peuvent durer. Il est clair que c'est à la sortie de l'adolescence qu'on peut affirmer si c'est bien une personne psychotique ou pas.

Ce sont des êtres qui vivent les angoisses 10 plus forte qu'une personne névrotique. C'est très compliqué à gérer lors d'une perte de contacte avec la réalité. 

       Les symptômes appelés « positifs » parce qu’ils ajoutent un supplément dans la manière d’être du jeune mais ceci ne veut pas dire qu’ils lui apportent des avantages ou du bien-être. On compte généralement deux de ces symptômes qui ne se produisent pas forcément en même temps et qui sont accompagnés d’irritabilité et d’excitation :

  • les délires qui sont des croyances dont le patient est persuadé mais que les autres ignorent ou ne comprennent pas : je suis espionné, des messages secrets me sont envoyés par les prises de courant, j’ai une mission secrète à effectuer, je peux prédire l’avenir ;
  • les hallucinations qui sont des visions, des sons ou des sensations que le patient est seul à percevoir : une voix qui me donne des ordres ou qui parle de moi ;

     Les symptômes « négatifs » du fait qu’ils diminuent certaines capacités et qui provoquent des sensations déficitaires :

  • Difficulté de communication et d’expression des sentiments ;
  • Impression de vide, d’écrasement, ou d’apathie ;
  • Sensation de grand isolement, de coupure avec le monde extérieur et les proches ;
  • Négligences corporelles (hygiène, vêtements, chambre,…).

Les sentiments sont embrouillés, paradoxaux et souvent inadaptés,

ça t'explique un peu plus.

Monsieur Rouzel,

Vous me prenez au dépourvu :)
Je suis loin d'avoir confiance en ma plume...
Mais je serai honorée de vous partager un extrait de mon premier opus: Les apprentis sages

LA PETITE GRAINE qui ne sait pas qui elle est!
Il était une fois, une petite graine qui était enfermée depuis très longtemps dans un sac de grains. Elle se plaignait tout le temps de ne servir à rien. Elle se sentait fortement écrasée par ses camarades. Souvent, elle pleurait en pensant, qu’elle n’était qu’un petit grain dans l’univers. Elle sanglotait souvent peut-être parce qu’il lui manquait quelque chose comme des bras, des jambes ou des mains. Je ne sais pas vraiment, elle non plus peut-être.
On l’entendait dire parfois :
« Je suis complètement inutile et je ne ressemble à rien».
Ses camarades le prenaient un peu mal car eux aussi était dans la même position et pas facile d’entendre dire que vous êtes inutiles…
Par contre, la graine avait des yeux et pas loin d’elle dans le coin du sac, elle perçoit une fine lumière et se glisse dedans. Elle pousse, elle se roule et s’enfonce dans le tissu pour resurgir en dehors du sac. Elle fut éblouie par une éclatante lumière et fit une énorme chute pour terminer sa course sur le bas côté d’un chemin. La petite graine était complètement assommée, une sauterelle passant par là, l’entend gémir et s’adresse à elle:
« Bonjour petite graine, ça n’a pas l’air d’aller »
« Heu… Bonjour, à qui vous adressez-vous ? Je suis tombée sur la tête et je crois que je ne sais plus qui je suis»
« Et bien, tu es une petite graine » : dit la sauterelle
« Ha, oui merci…Ouille, J’ai un peu mal au derrière » dit la graine
« Normal, tu es sur des cailloux, je vais te prendre et te mettre à l’abri dans un petit trou dans la pelouse pour qu’on ne t’écrase pas » répondit l’insecte.
« Merci beaucoup madame la sauterelle, au revoir »
« Au revoir petite graine »
La petite graine peut maintenant paisiblement s’endormir…
Quelques jours plus tard. Elle se réveille et se fait la réflexion : « Tiens, il fait bien clair sous terre, tiens je vois la pelouse ce n’est pas normal ».
Puis elle voit un autre bel insecte arriver et lui dit:
« Coucou qui es-tu ? Aide-moi s’il te plait»
L’insecte surpris répondit : « Heu oui, Je suis un papillon que puis-je faire pour toi ?»
« Ha, bonjour papillon, enterre moi vite, stp, j’ai peur»
« Mais pourquoi » répondit le papillon.
« Si un oiseau me voit, il va venir me picorer »
« Mais les oiseaux picorent les graines, toi, tu es une plante »
« Quoi? Je ne suis pas une graine, mais si, ce n’est pas possible ! »
Quel choc, pour la demoiselle, elle était stupéfaite de cette nouvelle!
« Ho, si c’est possible, un jour, je me suis endormie chenille pour me réveiller papillon. Donc plus rien ne m’étonne. Je dois m’envoler au revoir petite plante»
« Au revoir papillon »
Notre héroïne était bluffée, hier elle était graine, et aujourd’hui, elle est une petite plante.
« J’ai un grain, c’est bien ma vaine, je suis une plante, je fais rien et je sers à rien encore! »
Elle eu toute la journée pour réaliser et pour apprécier la vue qui lui était offerte, que de couleurs, que c’est agréable ce soleil et ce chant d’oiseau qui ne fait plus peur.
Elle put s’endormir quand même paisiblement.
Quelques jours passent… et une coccinelle vient se poser non loin d’elle.
« Bonjour coccinelle »
« Bonjour petit arbre »
« Ho, non ça va pas recommencer, avant on m’appelait petite graine, puis on m’a appelée petite plante, et voilà maintenant qu’on m’appelle petit arbre. Je suis désespérée, je ne sais plus qui je suis »
Notre héroïne a même pensé que c’était surement parce qu’elle était tombée sur la tête au début de son histoire, elle avait peur de devenir folle…
La coccinelle lui répondit :
- « mais non, ne t’inquiète pas c’est comme ça, un arbre est une plante »
- « Ha, la bonne nouvelle alors, merci Madame la coccinelle.»
Elle se sentit pousser de belles et solides branches ainsi que de magnifiques feuilles. Quelques fois, il y avait des tempêtes, des ouragans, même des tornades. Elle croyait qu’elle allait se déraciner, au contraire la tempête passée, le vent avait consolidé sa tige. Un jour, elle perdit toutes ses feuilles, elle eut peur, mais quelques mois plus tard, de nouvelles feuilles verdoyantes apparaissaient et elle vit de beaux fruits rouges décorer son feuillage. Puis plein d’animaux venaient vivre autour d’elle.
L’arbre devient un bel et grand arbre fruitier, qui a alimenté de ses fruits juteux, tout un village pendant des dizaines et des dizaines d’années, il a nourri des générations et des générations d’homme, et aussi servir d'abri, de refuge à d'autres !
Alors que cette graine pensait qu’elle ne servait à rien et qu’elle ne savait pas qui elle était… je pense que maintenant, elle ne se pose plus la question, et n’a plus besoin de demander aux autres qui elle est car elle est !

Et dit " Je suis"


C'est encore à retravailler...

Effectivement, c'est plus clair comme ça ! Merci pour la mise au point ;-)

Stéphanie carion a dit :

Bonjour Christophe, 

Si tu connais les enfants autistes ;) ils font parti des structures de personnalités psychotiques. 

Il y a des jeunes qui peuvent traverser un épisode psychotique et se stabiliser et sans devenir psychotiques pour autant. Puis il y a les jeunes qui se stabilisent moins et les symptômes peuvent durer. Il est clair que c'est à la sortie de l'adolescence qu'on peut affirmer si c'est bien une personne psychotique ou pas.

Ce sont des êtres qui vivent les angoisses 10 plus forte qu'une personne névrotique. C'est très compliqué à gérer lors d'une perte de contacte avec la réalité. 

       Les symptômes appelés « positifs » parce qu’ils ajoutent un supplément dans la manière d’être du jeune mais ceci ne veut pas dire qu’ils lui apportent des avantages ou du bien-être. On compte généralement deux de ces symptômes qui ne se produisent pas forcément en même temps et qui sont accompagnés d’irritabilité et d’excitation :

  • les délires qui sont des croyances dont le patient est persuadé mais que les autres ignorent ou ne comprennent pas : je suis espionné, des messages secrets me sont envoyés par les prises de courant, j’ai une mission secrète à effectuer, je peux prédire l’avenir ;
  • les hallucinations qui sont des visions, des sons ou des sensations que le patient est seul à percevoir : une voix qui me donne des ordres ou qui parle de moi ;

     Les symptômes « négatifs » du fait qu’ils diminuent certaines capacités et qui provoquent des sensations déficitaires :

  • Difficulté de communication et d’expression des sentiments ;
  • Impression de vide, d’écrasement, ou d’apathie ;
  • Sensation de grand isolement, de coupure avec le monde extérieur et les proches ;
  • Négligences corporelles (hygiène, vêtements, chambre,…).

Les sentiments sont embrouillés, paradoxaux et souvent inadaptés,

ça t'explique un peu plus.

Voilà, nous venons de clôturer l’année scolaire dans ce centre comme dans d’autres ;

Ces jeunes ont tous réussi au niveau scolaire malgré leurs troubles de l’apprentissage, du comportement et de la personnalité.

Les résultats cliniques attestent de la diminution des troubles sur chacun d’eux, voir certains troubles disparaitre. (Encoprésie, énurésie, automutilation, angoisses diverses, trouble alimentaire, grave défaillance de l’estime de soi, difficultés d’expressions, angoisse nocturne, somatisations diverses, problème de gestion des émotions, …)

Mais aussi, un travail avec chaque famille a été accompli qu’elles soient d’accueil, d’origine ou de parrainage, la réinsertion familiale ne se fait pas sans mise à mal, mais chacun a fait sa route. Décidément le travail en systémique porte ses fruits.

Il n’y a pas que ça, c’est une équipe enseignante, éducative, pluridisciplinaire, médicale et une hiérarchie attentives qui ont permis cela mais aussi la rencontre de personnalités régionales que ce projet a porté ses fruits. Ces professionnels ont accompagné les bénéficiaires vers le développement de leurs habilités, compétences et mieux être. Mais aussi vers la citoyenneté, la communication et l’ouverture à la culture et au monde. Voir les jeunes et les professionnels réunis autour de leur projet, c'est extraordinaire. Rien ne pouvait se faire seul… Je ne rêve plus seule, nous rêvons tous ensemble et ensemble nous construisons avec eux, une autre réalité.
Aujourd’hui, présentation d’Artémiss et de son Festiv’arts, à la fondation Handynamisme et signature de la convention à Mons au palais des congrès, c’est une grosse somme d’argent récoltée par les jeunes et leurs accompagnants. Ce fut un grand moment, l’avenir sera prometteur pour nous tous, mais aussi pour les autres institutions Wallonnes et d’ailleurs à l’avenir. 
Je vous souhaite à tous de superbes vacances bien méritées.
Et puis moi, c’est reparti lundi pour former les éducateurs de demain. En avant pour le changement institutionnel.
Je suis une professionnelle comblée
Je vous souhaite à tous un tel épanouissement dans votre travail.
Je vous salue

Répondre à la discussion

RSS

Parole de Sagesse

« Quand un groupe d'hommes renie l'Etat sous l'autorité duquel il avait jusqu'alors vécu, il est bien près en fait d'établir son propre gouvernement. »

Gandhi

Astuces techniques

Désactiver les notifications par mail à chaque réponse dans un forum ou un groupe (dans le cas où votre boite serait "saturée" de message).

Recevoir les communications envoyées à tous les membres du REZO qui peuvent être filtrées par erreur par votre boîte mail.

Contribuer

Pour soutenir REZO, participer aux frais d'hébergement, de maintenance et améliorations :


Merci !
Erwan, administrateur du REZO

Remarque :  pour ceux qui sont réticents à payer en ligne, il est aussi possible d'envoyer un chèque.
Merci de me contacter pour que je vous envoie les coordonnées postales.

Forum

Innovation?

Démarrée par Joseph Rouzel dans Général lundi. 0 Réponses

Au moment où l'on nous bassine dans le secteur social avec l'innovation, voici un article, commentaire de l'ouvrage  tiré des récentes journées de Toulouse, frappé du bon sens...Demain, Territoire de tous les possibles, sous la direction de Michel…Continuer

Psychanalyse pas morte: lettre suit!

Démarrée par Joseph Rouzel dans Général. Dernière réponse de Joseph Rouzel dimanche. 4 Réponses

Voilà un énoncé bien vivant lui aussi, que l'on doit à Lacan. Et pas sans humour. Sur le ton des télégrammes de l'époque, pour ceux qui ont connu ça dans la préhistoire, avant Internet. Pour inaugurer la discussion j'ouvre sur un entretien filmé…Continuer

Billets

Précarité et sur-détermination

Publié(e) par Laurent OTT le 20 juillet 2017 à 10:09 0 Commentaires

La Précarité , contrairement à ce que nous indique le sens commun, ne consiste pas à affronter des réalités dures et difficiles, mais à devoir les affronter en étant soigneusement et particulièrement…

Continuer

© 2017   Créé par Joseph Rouzel.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation