Bonjour,

Je me présente rapidement. Je m'appelle Christophe et je suis ES. Je travaille dans une maison qui accueille 8 enfants placés par ordonnance judiciaire ou contrat administratif. Nous sommes liés au foyer départemental de l'enfance de Strasbourg. Nous sommes une équipe de sept travailleurs sociaux, avec deux maitresses de maison, une infirmière et une psychologue.

En écho avec la discussion de Stéphanie et sa présentation des enfants dits pré-psychotiques, je voudrais  vous présenter une situation d'un enfant que nous accueillons depuis deux ans et pour qui la prise en charge se révèle être de plus en plus difficile.

Il a 10 ans et il est placé depuis sa naissance (maison maternelle, puis MECS, famille d'accueil, puis retour en foyer). Ses parents ne donnent aucun signe de vie. Il est suivi en hôpital de jour deux fois par semaine, actuellement il est impossible de le scolariser. Nous travaillons en étroite collaboration avec l'hôpital de jour et le psychiatre mais, eux même sont dépassés par la situation. Il a un traitement assez lourd (valium et loxapac). Les médecins lui ont détecté une microcéphalie en 2016. Il ne sait ni lire ni écrire. Il est (extrêmement) intolérant à la frustration et nous n'avons pas pu déceler un schéma pour prévenir la crise, car tout est imprévisible. Il est en constante insécurité. C'est un enfant qui ne peut pas ou plus entrer en relation avec d'autres enfants sans qu'il se mette à les insulter ou à les frapper. Il adopte également ce genre d'attitude avec les adultes. Quand il n’obtient pas ce qu'il veut, il se met en grande colère, cassant tout sur son passage (enfant, adultes et objet). Lors de ses crises, qui peuvent durer (très) longtemps, nous sommes totalement démunis, il nous faut protéger les autres enfants, et accessoirement nous protéger nous même contre des griffures, crachats, coups de pieds, jet de projectile comme des couteaux ! Nous demandons un relais au SAMU. L'enfant est souvent hospitalisé, ce qui en soit n'est pas du tout une solution. Quand il n’est pas en crise, il peut avoir un discours fabulateur où tout est possible et où il s'invente des vies. Il est difficile d'avoir un discours positif sur cet enfant ce qui est dommage. La difficulté de prise en charge réside également dans le fait qu'il se met en danger régulièrement et met en danger les autres enfants du groupe.

Nous sommes en panne de trouver une orientation qui peut convenir pour cet enfant. La situation est critique car depuis deux ans, elle ne fait qu'empirer. Quand nous essayons de passer le relais et présentons les difficultés de cet enfant, nous avons souvent une fin de non-recevoir.

Nous aimerions savoir si d’autres professionnels du travail social sont confrontés à des enfants qui présentent les mêmes difficultés. Que mettez-vous en œuvre pour les accueillir ? Quel relais avez-vous ? Quel soutien ?

Merci.

Professionnellement,

Christophe

Vues : 2753

Y répondre

Réponses à cette discussion

Elle en a dit quelque chose la jeune fille qui a pris la photo? 

Pourquoi devrait-elle en dire quelque chose? Je crois que c'est un jeune d'ailleurs qui a pris la photo. J'espère qu'il est au courant qu'elle se trouve sur ce site.



Joseph Rouzel a dit :

Elle en a dit quelque chose la jeune fille qui a pris la photo? 

Joseph, non, un peu prise au hasard sans réflexion réelle avec l'appareil de l'éduc.  Le jeune n'a pas plus de 11 ans.

Laurent: Quel est cet espoir par rapport avec cette photo sur ce site? 

Je demande juste si il est au courant que la photo qu'il a prise est sur ce site. A t-il donné son accord?



Stéphanie Carion a dit :

Joseph, non, un peu prise au hasard sans réflexion réelle avec l'appareil de l'éduc.  Le jeune n'a pas plus de 11 ans.

Laurent: Quel est cet espoir par rapport avec cette photo sur ce site? 

Le but est l'inclusion par la culture, laisser une trace de soi. Toutes les œuvres sont exposées dans des espaces publics . Ils vivent, ils existent et eux aussi laisse des traces d'eux-même! L'art fait exister!

Apparemment l'enfant n'est pas au courant. Inventons l'histoire:

Des éducateurs font une sortie avec un groupe d'enfants. L'un d'eux prend une photo avec un appareil appartenant à un éducateur. Une des éducatrices trouve la photo très belle. Elle est par ailleurs en discussion sur un forum. Cette photo peut faire un bel argumentaire. En ce sens elle subtilise la photo... à des fins personnelles. Un autre éducateur plus ancien, peut-être le directeur se demande, si l'enfant à pu dire quelque chose de cette photo. Deuxième subtilisation. La photo elle-même ne suffit pas. L'éducateur souhaite que l'enfant puisse en dire quelque chose. Il veut savoir.

Nous avons ici un bel exemple de la manière dont les enfants sont dépossédés, dans les établissement, de ce qu'ils font, de ce qu'ils sont et de ce qu'il souhaitent dire ou taire... et après on s'étonne que fleurissent un peu partout des Félix qui pissent sur les murs et crachent à la face du monde.

Stéphanie Carion a dit :

Le but est l'inclusion par la culture, laisser une trace de soi. Toutes les œuvres sont exposées dans des espaces publics . Ils vivent, ils existent et eux aussi laisse des traces d'eux-même! L'art fait exister!

Oui, je vous laisse inventer, chacun utilise son temps comme il le décide.

Je vous laisse dans vos tempêtes dans un verre d'eau et vos extrapolations .

Ce qui m'importe c'est les réflexions et les propositions des jeunes. 

Ps: le jeune était honoré que je diffuse sa photo ;) 

Bien à vous les redresseurs de torts  :))))

J'ai l'impression de m'être fait piégé mais également emporté par mon égo. Me voilà beau maintenant.

Une bonne soirée à vous Stéphanie

Stéphanie Carion a dit :

Oui, je vous laisse inventer, chacun utilise son temps comme il le décide.

Je vous laisse dans vos tempêtes dans un verre d'eau et vos extrapolations .

Ce qui m'importe c'est les réflexions et les propositions des jeunes. 

Ps: le jeune était honoré que je diffuse sa photo ;) 

Bien à vous les redresseurs de torts  :))))

Un jeune... bien sûr. Je ne sais pourquoi j'y trouvais quelque chose de féminin. Lapsus de vue, ça existe? Bien la tempête étant passée, je repose ma question: qu'en dit le jeune? "Honoré"? Mais encore. Pourquoi je pose cette question? Une photo peut revêtir des sens multiples. Est-ce le jeune qui a choisi de la mettre sur le site? Ou bien l'a t-il acceptée? Si je pose les questions c'est  parce que votre démarche est soutenue par un concept qui me dérange profondément, celui d'inclusion. J'essaie de voir la part du jeune dans ce qui se présente comme une certaine objectivation.   

Moi le terme d'inclusion" ne me plait pas. Je sais bien qu'il inverse "exclusion", mais il emporte avec lui une abstraction déshumanisante. Si je m'en réfère à l'étymologie telle qu'elle me revient des cours bien anciens de latin : ex-cludere, c'est enfermer dehors; mais in-cludere, c'est enfermer dedans. C'est guère mieux. ça arrive toujours à une forme de ré-clusion, si ce n'est d'oc-clusion!!!

Laisser une trace de soi, ça ne va pas de soi. Comment accompagnez vous ce mouvement d'exposition de soi? 

Vraiment vraiment...  sur ce coup j'avais vraiment rien compris. Désolé.



Joseph Rouzel a dit :

Un jeune... bien sûr. Je ne sais pourquoi j'y trouvais quelque chose de féminin. Lapsus de vue, ça existe? Bien la tempête étant passée, je repose ma question: qu'en dit le jeune? "Honoré"? Mais encore. Pourquoi je pose cette question? Une photo peut revêtir des sens multiples. Est-ce le jeune qui a choisi de la mettre sur le site? Ou bien l'a t-il acceptée? Si je pose les questions c'est  parce que votre démarche est soutenue par un concept qui me dérange profondément, celui d'inclusion. J'essaie de voir la part du jeune dans ce qui se présente comme une certaine objectivation.   

Moi le terme d'inclusion" ne me plait pas. Je sais bien qu'il inverse "exclusion", mais il emporte avec lui une abstraction déshumanisante. Si je m'en réfère à l'étymologie telle qu'elle me revient des cours bien anciens de latin : ex-cludere, c'est enfermer dehors; mais in-cludere, c'est enfermer dedans. C'est guère mieux. ça arrive toujours à une forme de ré-clusion, si ce n'est d'oc-clusion!!!

Laisser une trace de soi, ça ne va pas de soi. Comment accompagnez vous ce mouvement d'exposition de soi? 

Comme disait Freud, de toute façon quoique nous fassions, nous faisons mal! N'est-ce pas?

Pour l'inclusion par la culture, c'est ouvrir une porte vers la société hors des murs institutionnels et avoir un espace pour eux et leurs œuvres en dehors. Mais j'ai saisi votre argument.

Le projet qu'ils portent est un projet de longue haleine et qui s'étend sur plusieurs années.

Quand je vois l'élan collectif et individuel qui émanent de tout cela, plus la cohésion de groupe, la construction et l'épanouissement personnels de chacun, je me dis, en tant qu'acteur social, c'est déjà ça de gagné pour eux. J'aime à préciser qu'autant les éducateurs, que les jeunes et la hiérarchies y trouvent beaucoup de sens et de satisfaction. 

Pour l'inclusion, une équipe de chercheurs de l'unif va nous entourer pour tenter de mesurer tout cela. Le projet ne doit pas être si mauvais, car il a été sélectionné aussi par un comité scientifique d'une fondation réputée en Belgique et celle-ci soutien les jeunes financièrement . 

j'ai oublié de répondre à Joseph: Comment accompagnez vous ce mouvement d'exposition de soi? 

C'est les jeunes qui décident ce qu'ils vont exposer parmi toutes leurs œuvres, car c'est du très personnel. Ils décident de A à Z le projet! 

Pour la photo, j'ai demandé au jeune s'il voyait un inconvénient d'avoir mis en évidence la photo. J'ai eu un "Naaaan, cool" et un sourire. Certes je l'ai honoré toute seule! Mea culpa

Répondre à la discussion

RSS

Parole de Sagesse

« Quand un groupe d'hommes renie l'Etat sous l'autorité duquel il avait jusqu'alors vécu, il est bien près en fait d'établir son propre gouvernement. »

Gandhi

Astuces techniques

Désactiver les notifications par mail à chaque réponse dans un forum ou un groupe (dans le cas où votre boite serait "saturée" de message).

Recevoir les communications envoyées à tous les membres du REZO qui peuvent être filtrées par erreur par votre boîte mail.

Contribuer

Pour soutenir REZO, participer aux frais d'hébergement, de maintenance et améliorations :


Merci !
Erwan, administrateur du REZO

Remarque :  pour ceux qui sont réticents à payer en ligne, il est aussi possible d'envoyer un chèque.
Merci de me contacter pour que je vous envoie les coordonnées postales.

Forum

Deligny

Démarrée par Rozenn dans Général 17 sept.. 0 Réponses

Sur France Culture DelignyContinuer

Deligny

Démarrée par Rozenn dans Général 17 sept.. 0 Réponses

Sur France Culture DelignyContinuer

Billets

Le Desir en institution...

Publié(e) par Stéphanie DELAVEAU le 23 septembre 2017 à 10:38 6 Commentaires

Theme de la journee institutionnelle dans mon etablissement... merci de m apporter quelques pistes...

Suspension d'Humanité

Publié(e) par Laurent OTT le 22 septembre 2017 à 10:47 0 Commentaires

Nous vivons à l’ère de l’interconnexion des catastrophes. Là où on attendait une catastrophe naturelle, on voit apparaître une catastrophe sociétale. Nous apprenons après le passage d’Irma à Saint Martin,…

Continuer

© 2017   Créé par Joseph Rouzel.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation