Bonjour,

Je me présente rapidement. Je m'appelle Christophe et je suis ES. Je travaille dans une maison qui accueille 8 enfants placés par ordonnance judiciaire ou contrat administratif. Nous sommes liés au foyer départemental de l'enfance de Strasbourg. Nous sommes une équipe de sept travailleurs sociaux, avec deux maitresses de maison, une infirmière et une psychologue.

En écho avec la discussion de Stéphanie et sa présentation des enfants dits pré-psychotiques, je voudrais  vous présenter une situation d'un enfant que nous accueillons depuis deux ans et pour qui la prise en charge se révèle être de plus en plus difficile.

Il a 10 ans et il est placé depuis sa naissance (maison maternelle, puis MECS, famille d'accueil, puis retour en foyer). Ses parents ne donnent aucun signe de vie. Il est suivi en hôpital de jour deux fois par semaine, actuellement il est impossible de le scolariser. Nous travaillons en étroite collaboration avec l'hôpital de jour et le psychiatre mais, eux même sont dépassés par la situation. Il a un traitement assez lourd (valium et loxapac). Les médecins lui ont détecté une microcéphalie en 2016. Il ne sait ni lire ni écrire. Il est (extrêmement) intolérant à la frustration et nous n'avons pas pu déceler un schéma pour prévenir la crise, car tout est imprévisible. Il est en constante insécurité. C'est un enfant qui ne peut pas ou plus entrer en relation avec d'autres enfants sans qu'il se mette à les insulter ou à les frapper. Il adopte également ce genre d'attitude avec les adultes. Quand il n’obtient pas ce qu'il veut, il se met en grande colère, cassant tout sur son passage (enfant, adultes et objet). Lors de ses crises, qui peuvent durer (très) longtemps, nous sommes totalement démunis, il nous faut protéger les autres enfants, et accessoirement nous protéger nous même contre des griffures, crachats, coups de pieds, jet de projectile comme des couteaux ! Nous demandons un relais au SAMU. L'enfant est souvent hospitalisé, ce qui en soit n'est pas du tout une solution. Quand il n’est pas en crise, il peut avoir un discours fabulateur où tout est possible et où il s'invente des vies. Il est difficile d'avoir un discours positif sur cet enfant ce qui est dommage. La difficulté de prise en charge réside également dans le fait qu'il se met en danger régulièrement et met en danger les autres enfants du groupe.

Nous sommes en panne de trouver une orientation qui peut convenir pour cet enfant. La situation est critique car depuis deux ans, elle ne fait qu'empirer. Quand nous essayons de passer le relais et présentons les difficultés de cet enfant, nous avons souvent une fin de non-recevoir.

Nous aimerions savoir si d’autres professionnels du travail social sont confrontés à des enfants qui présentent les mêmes difficultés. Que mettez-vous en œuvre pour les accueillir ? Quel relais avez-vous ? Quel soutien ?

Merci.

Professionnellement,

Christophe

Vues : 2739

Y répondre

Réponses à cette discussion

Ok Christophe, 

Me voilà de retour, j'ai demandé à Félix de me laisser un peu tranquille. Je vais alors essayer d'expliquer ma démarche. Ce que j'aime par dessus tout se sont les questions. J'en ai posé 3 à Minhn (désolé Minh je parle de vous par personne interposée) et je me suis fait traiter de débile et je vous avouerais que pour moi aussi c'est assez mal passé et du coup je n'ai pas très bien réagis, plutôt mal même. Mais disons que je trouve assez facile lorsqu'une question n'est pas apprécié de dire que c'est celui qui l'a posé qui est débile. Du coup ma colère s'est un peu déplacé sur vous.

Voilà comme je vous le disais j'aime les questions et l'être humain est une énigme et à ce titre ne "mérite" que des questions. 

Alors n'y voyez aucune colère de ma part, ni animosité, mais juste le désir de "polémique" de "débat"  de tenter "de faire avancer les choses" pour reprendre une de vos formules.

Quand je lis ce qui est écrit en dessous il me vient plusieurs réflexions, je vous les livre... A vous de vor si vous estimez ces réflexions dignes d'intérêt.

Nous sommes 7 éduc à tout faire  dites vous. Et bien peut-être devriez vous envisager de ne pas tout faire car tout faire c'est impossible. Celle qui veut tout faire et qui fait tout c'est la bonne mère.

Nous nous retrouvons seul à gérer ce bonhomme dites vous. Peut-être devriez vos envisager de ne pas le gérer. Pensez vous qu'un humain doit être géré? 

Félix émet beaucoup de désirs, c'est très compliqué de les contenir dites vous. Pourquoi vouloir contenir ses désirs? Les pulsions sont à contenir mais pas les désirs. C'est bien parce que nous contenons les pulsions que le désir peut ensuite naître.

Je pourrais également vous inviter à penser la différence entre compliqué et complexe.

Que vous soyez épuisés je n'en doute pas mais bon... C'est votre boulot. Vous êtes payés pour ça. Peut-être que quand vous arrêterez de vouloir tout faire vous serez moins épuisé?

Félix n'est pas Kévin. Sûr   Mais bon se sont tous deux des Radis de Pâques qui nous empêchent de faire notre pot au feu. C'est une chance pour vous de l'avoir rencontrer. Si vous la saisissez il va faire péter toutes vos certitudes voire retourner radicalement votre vision du monde. 

Quant aux pratiques étroites désolé mais je ne sais pas ce que c'est.

Si le coeur vous en dit après l'article ds Marsactu taper sur youtube Radis de paques conférence gesticulée Laurent Rigaud. Cela flattera mon égo.

Bien le bonsoir par chez vous

Laurent

 

 

Christophe ARCHIS a dit :

ok Mr Rigaud, je viens de lire l'article dans Marsactu, "Un éducateur installe son divan sur les planches" ! J'avoue que le "va te faire enculer" est mal passé, surtout sans vaseline, surtout par rapport au champ de pratique que ça  laisse entrevoir et Félix n'est pas Kévin ! Mais maintenant, je comprend d'où ça vient, ok c'est votre truc bon, chacun son truc !

Maintenant, je ne vais pas me cacher derrière une subversion de confort et de paroles ! Sinon clairement, je démissionne et je ne suis pas prêt à faire ce pas ! En ce qui concerne la situation de Félix et ces retranchements, ce qui me met en colère, c'est que nous sommes 7 éduc à tout faire, et bien que nous ne cessons d'alerter, SPE et consort, nous nous retrouvons seul à gérer ce bonhomme sans aucune autre alternative et nous sommes vraiment épuisés... Et du coup, les personnes comme Minh et Stéphanie, qui nous soutienne, en demandant "Au fait comment allez vous ?" et n'encourageant pas les pratiques "étroites", et bien ça aide !

Bonjour Christophe,

Par rapport à la subversion je me demandais. Vous entendez quoi par " une subversion de confort et de paroles?"

Laurent Rigaud

M. Pendanx, vous m'avez encore donné la migraine!

Bon revenons à nos moutons s'agissant de ce que vient dire Christophe ici même.

Personne ne comprend ce que vous écrivez M. Pendanx, soyez plus clair.

Mais pourquoi on fait le traducteur de Félix? C'est du cinéma?
 
Rigaud Laurent a dit :

Christophe,

J'en ai plein le cul de l'hôpital, du SAMU, des traitements et des diverses préconisations et orientations que tu t''obstine à vouloir appliquer. Bordel de merde tu est éducateur spécialisé ou orientateur spécialisé. Je ne veux plus aller à l'hôpital  alors pourquoi tu t"obstine à me mettre dans l'ambulance. Tu le fais parce que c'est mon intérêt ou parce que c'est ton chef qui dit que cela doit être fait? Putain n'es tu rien d'autre qu'un agent? Moi j'ai juste un sentiment. j'ai l'impression que tu veux que je disparaisse de ta vie et pour te donner bonne conscience tu me mets dans l'ambulance.

Alors tu sais quoi. Vas te faire enculer!!!

Félix

La science infuse, l'auto génération, ... dans quel monde vous vivez?

Je pense que finalement c'est la faute au système dans le quel on vit, travaille et dont on fait parti et qu'on alimente.

Certes, la situation que décrit Christophe est rude et met sûrement en évidence les manques en matière de réflexion, de moyens, de manières pour penser autrement, de courage aussi pour affronter autrement ce qui se présente et qui appelle "logiquement" et quasi systématiquement tel ou tel protocole, ... mais enfin, comment faire pour penser une situation quant on ne sait par où et comment la penser mis à part ce "qui existe" déjà, et à tort ou à raisons (protocole de soin, ...)?

Je me demande comment une équipe peut se décaler d'elle-même alors qu'elle ne l'imagine pas même comme possible? penser personnellement cela veut dire quoi? Chercher à se cultiver, se nourrir d'expériences ailleurs via bouquins, séminaires, ...? Je pense que tout cela est tout de même un appel vers l'ailleurs. l'autre du savoir, d'un certain savoir. Il ne suffit pas pour autant de "lire", se questionner. Je pense que lorsqu'on est dans un groupe qui fonctionne tel quel avec ses inerties, ses errances dynamiques pour que rien ne bouge (c'est plus qu'une habitude mais une nécessité souvent), une direction qui a d'autres enjeux, objectifs et manières de gérer et bien que peut-on faire quand on se sent, certes inquiets et en désaccords avec ce qui se passe? Il ne suffit pas de se dire que l'on déconne et ou que l'on ne parvienne pas à voir autrement,.. il se trouve un réel qui nous met face à nos angoisses. On pense a son salaire, à sa tranquillité relative, à son besoin de ne pas être en conflit avec d'autres,.. à acheter la paix en somme.

C'est un travail de longue haleine et ou pour ne pas dire voué à la misère que de penser que faire bouger ses collègues et la direction est une mince affaire. Qu'il suffirait de manière, d'avoir la manière, le style, la patience, le tact, le bon-propos au bon moment, ponctuer en somme pour donner et ou participer à la création d'un autre sens à ce qui est là, aux allures intangibles.

Je pense que l'on papote ici facilement mais que face et dans l'institution, c'est sacrément galère. Alors je repose la question : comment s'y prend on pour que quelque chose bouge autrement et non pas une singerie de modifications de surface?

Je pense qu'une équipe doit avoir accès à l'autre incarné par un gars ou une nana pas trop con, ayant tout de même une certaine écoute pour décaler l'équipe de son ordinaire aussi aigu soit-il.

Y a aussi des éducs qui veulent pas que ça bouge. Une direction qui pense que c'est ainsi. Tout le monde, trouverait scandaleux de voir un gamin souffrir mais l'indignation ça mène à rien sauf à partager sa bonne conscience le temps d'un temps, après on en perd pas pour autant l'appétit.

Une direction qui n'a pas de sous et qui ne veut pas payer un autre pour venir aider l'équipe, ça existe.

Qui peut croire un instant qu'une équipe, ça fait entité homogène quand je dis Equipe,...c'est une fable aussi ça. Ben, qui peut croire qu'une équipe peut se mettre en grève pour obtenir ce qu'elle demande?

Le temps passe, la patient ira ailleurs, reviendra, repartira,.. il fera son chemin et nous on continuera à râler de temps en temps et on vivra quand même. C'est partout pareil.

Le superviseur etc n'est pas le graal mais ça peut aider. Des fins se cassent aussi les dents en bossant avec les équipes. Rien n'est garanti.

Alors, seuls,... j'aimerai tant voir à l'œuvre tous ceux qui causent ici et qui sont pour moi des rebelles du dimanche (férié en plus). Fais ceci, fais cela,.. pourquoi t'as pas pensé à parler à Félix ainsi,.. BARANTIN je vous dis.

Christophe se vit dans la merde car il sent que quelque chose va pas tant que cela et pourtant il est tout aussi impuissant à faire bouger les choses, car il est pas seul là pour le coup pour que rien ne bouge, mais c'est pas faute de le vouloir.

Va dire à ton collègue : cause autrement au gamin, Monsieur le directeur vous faites quoi là?

Sérieusement j'ai souvent l'impression que l'on omet ces réalités de terrain. on peut être lâches, craintifs et je m'enfoutiste aussi. ca existe!!!

Quand la maltraitance, sous toutes ses formes est dans l' institution que faire? Car c'est bien de cela que nous parlons? De maltraitance car le mot, n'est pas sorti? A oui, le grand tabou institutionnel... Quand le manque de sens et l’absence de bien-être contaminent tout un milieu; Que faire? Lorsque nous sommes démunis ne devons nous pas nous munir?
Peut-on ramener de la cohérence dans l'incohérence?
Comment ramener du confort dans l'inconfort?
Ne serai-ce pas les failles d’un système qui pourraient devenir des pistes de changements?

Je reste persuadée qu'un PROJET bien réfléchi peut apporter du sens, de la créativité et de la cohérence à tout un chacun qui serai preneur.

C'est le défi que nous nous sommes donnés de par chez nous depuis 7 ans...
Et nous voyons des jeunes en devenir avec plus de rires aux lèvres que de larmes aux yeux.

La connaissance vient de la répétition, exige la répétition. Alors moi je relis beaucoup, j'y reviens, comme ici, en reprenant la lecture entière de ce fil. J'en ai mis de côté (cf. ci-dessous) les passages sur lesquels je vais revenir, pour insister sur l'élargissement de l'étude et de l'analyse qu'exigerait à mon sens un tel cas.

J'ai choisi ces passages parce qu'ils me paraissent mettre en évidence, du coté de ce que nous amène et ne nous amène pas Christophe (et, via Christophe, le discours institutionnel ), les traits essentiels de la contradiction et de l'ambivalence dans lesquelles, à défaut d'un traitement juridique adéquat de la situation familiale et institutionnelle de Félix - entendons, du traitement adéquat de l'inceste de représentation qui enveloppe Félix - , se trouve tout le petit monde alentour.. Felix n'étant pas une île! Et l'institution pas davantage!  

Je note ainsi

- que si d'un côté Christophe (et ses collègues) se trouve comme poussé à se faire le dépotoir du malaise (de l'angoisse de culpabilité), et dès lors à remplir la place laissée vide par la mère, [soit en s'engageant dans ce "road trip", par  où s'entretient la recherche insensée de celle-ci, soit par la recherche toute aussi insensée du Lieu adapté,sur quoi Laurent a amené des notations essentielles, se faisant lui-même un Félix, avec seulement je dirai - ce qui n'est pas donné à beaucoup malheureusement -, quelque chose en moins...], son questionnement autour de la Limite et de la fonction parentale, autour de ce que je nomme "la fonction parentale institutionnelle", témoigne d'une ouverture précieuse...

Ce qui m'est plus clairement apparu dans cette relecture c'est combien l'institution se retrouve à engager, ou à penser devoir engager des démarches par rapport à Felix (en particulier cette dite "recherche d ela mère") qui ne sont pas de sa compétence, qui ne devraient pas l'être, mais qui relève de la compétence juridique et/ou administrative en amont! Comme souvent l'institution et les praticiens "héritent" ainsi en aval d'un défaut de décision en amont, un défaut qui est un défaut de coupure et de distinction ! Ils se retrouvent comme mis en charge d'opérer cette coupure sur un plan qui n'est pas le leur, d'où, d'autant plus, des réactions et des mises en acte ambivalentes en chaîne, et la tentation bien sûr de refiler à leur tour le bébé infernal, qui serait, of course, l'unique objet négatif ... 

Je donne donc ces passages, tout en vous appelant Christophe, si vous me lisez et si vous en avez le courage, à revenir sur ce que l'on sait (ou qui est dit) de l'abandon initial...  Sans cet effort qui consiste aussi à renvoyer un peu les choses comme ils se devrait à l'envoyeur, et bien je crois que beau projet et aimable supervision ne peuvent qu'échouer dans la répétition mauvaise, en cristallisant, derrière les "séductions transférentielles", les résistances de chacun ! (résonne là ce mot que Christophe vous employez à propos d'une psy  : "notre thérapeute"...)  

 

Sans doute est-il illusoire de croire qu'un autre lieu d'accueil va apaiser la situation, surtout que Félix en a déjà traverser quelques un. Mais comment intégrer le traitement du primordial rejet maternel ? Nous nous retrouvons avec un enfant qui a été trimbaler d’institution en institution, la patate chaude, qui maintenant éclate et personne ne veut en prendre la responsabilité ! Nous ne savons pas quoi faire, mais nous voulons alerter. (CA)

Peut-être que Félix attend que quelqu'un vienne faire coupure dans cette chaîne infernale de la réorientation plus adaptée? (LR)

.. Mais on ne peut pas élaborer/symboliser un lien d'aliénation si cette aliénation s'établit disons là pour simplifier hors parole. Ce "hors parole" je le retrouve dans ce silence existant sur la mère! Je ne pense donc pas qu'on puisse s'intéresser à Felix sans s'intéresser un peu à cette femme... Sinon vous allez continuer à recevoir ce qui ne vous est pas destiné, et le Félix, que vous me rendez sympathique,   je ne vois pas comment vous allez l'aider à symboliser autant ce faire se peut, le "non"... Il conviendrait en effet que son "refus" soit soutenu pour être élaboré! Mais si vous ratez ce qui justement de son refus-agir doit être soutenu (…) et bien il continuera pour survivre de répéter ses agirs sans être "entendu", sans jamais être véritablement "aimé", parfois jusqu'au  pire! 

Une dernière remarque : l'impasse dans laquelle se trouve bien de ces mères de ces enfants est celle de leur identification sexuée, autrement dit l'incapacité dans laquelle elles se sont trouvées elle-même (avec une impasse souvent en miroir du père de l'enfant) à se soutenir femme, sexuée, et mère... Autrement dit, elles ne peuvent ni être deux (un deux qui ne fassent pas Un), ni faire jouer le trois... Alors pour baiser, on voit ça très bien dans des films comme Sweet Sixteen ou La Tête haute, il faut rejeter sacrifier l'enfant... Ou alors si elles ont l'enfant, plus de baise... Pardonnez ce langage vulgaire, mais il fait au plus rapide résonner l'affaire : l'enfant peut-il être en effet mis en place de tiers exclu sans se trouver pour autant rejeté? Voilà l'affaire et l'enjeu qui conditionnent, ô combien, les climats institutionnels... (DPx)

 

Sans doute nous ne sommes pas suffisamment à l'écoute de ses désirs.

Et c'est sans doute le problème de l'éducation : comment répondre aux besoins et aux désirs le plus justement ? Quand je quitte mon travail, souvent je me demande : ai-je bien été à l'écoute des enfants aujourd'hui ? Ont-ils eu ce dont ils avaient besoin ou ce dont ils ont désiré ? (CA)

Son père, on sait qui c'est, on sait aussi qu'il ne veut plus entendre parler de son fils... Sa mère, de ce qu'on en sait, on n'en sait rien ! Elle ne vit peut-être même plus,... Bref, de qui de quoi, on se sent démuni parce que ça nous dépasse  ! (CA) 

@Mr PENDANX, à propos de cette mère dont on ignore tout, que suggérez-vous ? alors pour être clair, il se trouve que je pense avoir retrouvé sa mère sur internet, via facebook (LOL) ! Félix demande à voir sa mère, c'est évident ! Il l'a réclame. Nous avions entamé un road trip, au source pour lui, c'est à dire, à sa demande, revoir des lieux qu'il a fréquenté et qu'il voulait revoir ! Et ces lieux lui rappelle sa mère ! (CA)

Alors qu'il nous livre un élément clef sur la façon dont les institutions ont scotché et continuent de scotcher Félix sur l'image primitive de sa mère, le privant paradoxalement d'une coupure opérante, il n'y aurait pas à aller plus avant dans le travail de pensée et de construction du cas?
Ce que je crois c'est que pour le coup se manifeste là, du côté du propre lien d'inceste des praticiens à leur Référence, à leur Cause, le plus véritable et le plus commun refus de pensée (et d'interprétation) qui irradie nos milieux... (DPx)

Pour rester pragmatique, que suggérez-vous ? Devons nous le confronter à ses vrais parents, à sa mère et à son père ? Au risque que ceux-ci confirment l'abandon ? Cela l'aidera t-il à faire le deuil ? Sera disponible à accepter d'autres adultes dans sa vie ? Que pensez-vous de ce que les éducateurs peuvent réellement apporter à un enfant comme Félix ? Nous devons tenir, être là, malgré notre total dépassement... Nous interpellons l’institution pour qu'elle prenne ses responsabilités (responsabilité du placement, et la responsabilité du juge des enfants là dedans ?), mais ne devrions nous pas interpeller les VRAIS parents de cet enfant ! Parce que les VRAIS parents sont-ils forcément ceux qui sont en mesure "d'instituer" leurs enfants ? Suffit-il d'être géniteur pour être aussi parent ? (CA)

- ce que vous savez des discours familiaux sur Felix, sur les conditions initiales de son abandon par la mère (savez-vous comment a été traité familialement et institutionnellement (et juridiquement ou pas) cet abandon. Cela, l'histoire et la constellation de discours dans laquelle est pris l'enfant,  est toujours à mes yeux un essentiel pour la prise en charge d'un tel enfant. Que disent les grands-parents paternels? 

- comment l'enfant vous est-il arrivé, qui l'a placé chez vous, le secteur social, l'administration, et là encore, sous quel "discours"? Qu'en est-il, au plan légal, de l'autorité parentale

Je vous demande cela car je crois vraiment, comme je l'ai peu à peu conquis au long cours, que sans reprendre ces choses, sans prendre en considération la dimension juridique princeps, ces choses qui sont aussi celles de l'origine, de l'institution de l'enfant, on ne peut que rester prisonnier soi-même de ce que j'appelle avec Winnicott (tout éducateur qui ne veut pas mourir idiot, devrait lire, de façon répétée, tout au long de son trajet, Winnicott!) fausse réparation. Autrement dit, sans cet élargissement, sans cet effort d'analyse et de pensée portant sur le contexte institutionnel d'ensemble, vous avez toutes chances, malgré cette volonté de bien faire dont vous témoignez, celle de votre collègue femme (je reviendrai sur cette dernière scène si parlante que vous venez de rapporter), de demeurer dans le subjectivisme, enlacés dans la gangue de haine et de culpabilité qui a enveloppé Felix, en a fait comme un "déchet".

 

Alors voilà, il est toujours crucial de revenir au noyau de l'agir  initial, de la carence maternelle initiale, du défaut de structure, qui s'ils ne sont pas relevés, analysés  comme il convient (et je vais m'expliquer sur ce point, mais patience!) vont contaminer la suite, maintenir l'enfant dans un hospitalisme gravissime, le psychotiser. Dans cette contamination (d'où la patate chaude), vous y êtes, et ça vous le sentez parfaitement. Dès lors on n'arrive plus à faire coupure, à séparer,  pour réparer vraiment la brutalité de la fausse coupure, de la fausse séparation du départ. Alors c'est peut-être pour moi le moment de vous dire qu'entretenir Felix comme vous le faites (tout en doutant d'ailleurs semble-t-il)  dans l'espoir de retrouver la "vraie maman", alors même qu'une vraie "maman" est là (l'institution dans sa fonction maternelle, votre collègue dans la scène du coucher...), c'est aller à contre-sens, c'est le maintenir dans la gangue de la culpabilité, celle de l'inceste de représentation associé à l'illusion de retrouver l'origine. L'Origine elle est toujours devant nous, à construire et à reconstruire, c'est ça le travail institutionnel, le travail dont témoigne Louise et son mari, c'est de restituer, ici et maintenant, les fondations à cet enfant. (DPx)

Bonsoir,

Félix va (enfin) pouvoir être accueilli dans un établissement plus adapté.

Merci à celles et ceux avec qui l’échange a pu être possible et constructif.

Dans quel type d'établissement va-t-il être accueilli?
Bonjour Louise, ce sera un IME. Bonne journée
CALL OF DUTY
CALL OF SUPEREGO

Répondre à la discussion

RSS

Parole de Sagesse

« Quand un groupe d'hommes renie l'Etat sous l'autorité duquel il avait jusqu'alors vécu, il est bien près en fait d'établir son propre gouvernement. »

Gandhi

Astuces techniques

Désactiver les notifications par mail à chaque réponse dans un forum ou un groupe (dans le cas où votre boite serait "saturée" de message).

Recevoir les communications envoyées à tous les membres du REZO qui peuvent être filtrées par erreur par votre boîte mail.

Contribuer

Pour soutenir REZO, participer aux frais d'hébergement, de maintenance et améliorations :


Merci !
Erwan, administrateur du REZO

Remarque :  pour ceux qui sont réticents à payer en ligne, il est aussi possible d'envoyer un chèque.
Merci de me contacter pour que je vous envoie les coordonnées postales.

Forum

Innovation?

Démarrée par Joseph Rouzel dans Général lundi. 0 Réponses

Au moment où l'on nous bassine dans le secteur social avec l'innovation, voici un article, commentaire de l'ouvrage  tiré des récentes journées de Toulouse, frappé du bon sens...Demain, Territoire de tous les possibles, sous la direction de Michel…Continuer

Psychanalyse pas morte: lettre suit!

Démarrée par Joseph Rouzel dans Général. Dernière réponse de Joseph Rouzel dimanche. 4 Réponses

Voilà un énoncé bien vivant lui aussi, que l'on doit à Lacan. Et pas sans humour. Sur le ton des télégrammes de l'époque, pour ceux qui ont connu ça dans la préhistoire, avant Internet. Pour inaugurer la discussion j'ouvre sur un entretien filmé…Continuer

Billets

Précarité et sur-détermination

Publié(e) par Laurent OTT le 20 juillet 2017 à 10:09 0 Commentaires

La Précarité , contrairement à ce que nous indique le sens commun, ne consiste pas à affronter des réalités dures et difficiles, mais à devoir les affronter en étant soigneusement et particulièrement…

Continuer

© 2017   Créé par Joseph Rouzel.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation