Bonjour,

Le jeune Miguel n’a guère confiance en l’adulte. Son père est emprisonné et sa mère est dans un état comateux. Miguel est placé depuis son plus jeune âge. N’ayant pas connu le fait qu’il peut être aidé par ses parents ou les adultes qu’il a rencontré dans ses placements à répétition, Miguel a appris à se débrouiller seul. Miguel a peu à peu intégré comme réalité, « la croyance » que les adultes n’ont jamais rien pu pour lui, et ce n’est pas maintenant que cela va changer! Donc il se demande : "à quoi cela sert-il de rester dans un foyer ?", « Je n’ai plus rien à faire ici ! »

Miguel passe son temps en fugue. Il revient toutes les nuits pour dormir et repartir le lendemain. Je m’interroge sur le sens que la fugue prend pour des adolescents. La fuite de quoi ? De qui ? Pourquoi ? La durée de la fugue je pense est aussi à prendre en compte.

La fugue peut exprimer le refus du jeune d’être en foyer, il voudrait retourner dans sa famille, ou tout simplement trainer dans la rue avec ses amis.

Elle peut signifier à l’adolescent son envie de ne pas se contraindre au cadre, car celui-ci est oppressant, ou le jeune n’est pas habitué à avoir des limites.

Ne serait-ce pas tout simplement un désir de liberté, d’indépendance que le jeune veut exprimer? Le jeune veut faire ses propres expériences, se confronter à la vie en société et ainsi exprimer par la même occasion son désir de devenir adulte. Ainsi, si le jeune revient c’est, peut-être, parce qu’il a repéré le foyer comme un lieu sécurisant.

L’adolescent peut aussi vouloir partir pour être pour une fois "maitre de ses choix", «Maitre» de la distance dans ses émotions. En d’autres termes, les émotions que le jeune éprouve au foyer sont trop intense ou inconnu, aussi il préfère les fuir que de les affronter, par exemple : les liens bienveillants qui se crée avec l’équipe éducative peut lui provoquer des sensations inconnus jusqu'alors. Alors se sentant incapable de maitriser ses émotions qui le submerge, il peut choisir de les fuir et ainsi se donner l’impression de reprendre le contrôle de ce qui lui arrive.

Lorsqu’un adolescent nous prévient en amont de fuguer, ou bien que nous avons affaire à un jeune habitué de la fugue. Devons-nous tenter de retenir le jeune ou l’inciter à partir ? Je pense que notre rôle c’est de l’inciter à changer d’avis, car il entend qu’il a de l’importance pour quelqu’un, que nous nous soucions de lui. Le prévenir qu’à son retour de fugue il sera puni est à mon avis inutile, car cela ne lui donnera pas envie de rester au foyer la prochaine fois. Je pense que nous devons plutôt susciter chez le jeune l’envie de rester. Eventuellement lui donner un repas convenable, au lieu de se contenter d’un sandwich. Tout en essayant de reprendre, comprendre par un dialogue pourquoi il a se besoin de fuguer et ainsi trouver du sens à cet acte.

Je pense que nous pouvons maintenir un lien avec le jeune fugueur, par téléphone portable, par exemple. Cela lui montre que nous sommes bienveillants avec lui.

Comment pouvons-nous accompagner des jeunes qui passent leur temps en fugue ? Difficile d’établir une relation si le jeune est rarement présent et que quand nous essayons, il refuse de parler, il se braque et repart.

Le sujet est vaste mais bon essayons de discuter ensemble. Et vous qu’en pensez-vous ? Avez-vous réfléchi sur ce sujet ?

Bertrand*

Vues : 1720

Y répondre

Réponses à cette discussion

Il revient toutes les nuits pour dormir et repartir le lendemain

peut on parler de fugue ?

Au  choix Jean-Sébastien Bach ou Mozart ! Le /la psychologue du service doit bien avoir sa petite idée à ce sujet. Le risque avec certains collègues est celui du perroquet qui hoquette. Le psychologue  doit avoir donc plus qu'une idée en terme de troubles et ou de perturbation. Et la capacité de contextualiser avec vous tout cela. 

Et n'oublions pas dans ce mouvement de contextualisation il y a à considérer aussi les troubles du système dans lequel vous êtes. Au fait je me suis rendu comptée qu'il y avait des "spams" sur REZO, Continuez à être vigilant je vous y encourage.

Question inévitable lorsqu'on bosse avec des jeunes en hébergement, la fugue...Et qu'elle soit de 2h, 24h ou plusieurs jours, j'avoue ne m'être jamais posée la question de l'appeler autrement... 

Tu as déjà tant de pistes de réflexion Bertrand ! Mais au-delà de se questionner sur LA fugue, il faut je crois être attentif à la fugue DE Miguel, à la fugue DE Paolo, à la fugue DE Marcelline, ... Après, peut-être faut-il attendre les idées du Ô grand maître psychologue de ton institution...? Trêve d'ironie, j'entends parfois parler de réponse à la fugue en terme d'argent ! Les jeunes qui ont fugué se voient retirer une partie de leur argent de poche... Ah mais c'était donc ça LA réponse tant attendue ! Alors endiguons la fugue à coup d'1€/fugue !

Tu parles des liens bienveillants. Lorsque j'ai bossé en MECS, j'ai pu voir que certaines ado (il n'y avait que des filles) mettaient tout en oeuvre avant leur départ (pas en fugue, mais départ du foyer pour un appart par exemple) pour être en conflit avec l'équipe. C'est sans doute plus facile de partir fâché... Pas de manque, pas de tristesse, pas d'affection, pas de déception, mais tout ça est très certainement un leurre, ou un mécanisme de défense, de protection...? Aimer quelqu'un (au sens large) c'est prendre le risque que cette personne nous fasse ressentir de la peine, c'est aussi lui accorder de la confiance. Alors comment faire pencher la balance et les laisser prendre ce risque...?



Moucui Glazette a dit :

(...)

au-delà de se questionner sur LA fugue, il faut je crois être attentif à la fugue DE Miguel, à la fugue DE Paolo, à la fugue DE Marcelline, ...

(...)

Je dis:  donc être à l'écoute de Miguel, de Paolo, de Marcelline, ...

Bonjour Régis

"Il revient toutes les nuits pour dormir et repartir le lendemain peut on parler de fugue ?"  vous avez raison est ce vraiment une fugue ou une sortie qui se prolonge?. Toutefois, l'institut pour se couvrir nous demande de le déclarer en fugue.

 au delà de l'histoire de Miguel qui est une introduction à la discussion de la fugue, je suis plus intéressé à ce que nous discutions sur ce thème.

Bertrand*

Bertrand*

Ok mais toi, Bertrand, que vas-tu faire ?

Vas-tu "aider" l'institut à se couvrir ou aider Miguel à se couvrir ?

Bonjour Moucui Glazette

" j'avoue ne m'être jamais posée la question de l'appeler autrement... " peut être que c'est l'occasion pour toi!!! et je te remercie de ta réponse

" j'entends parfois parler de réponse à la fugue en terme d'argent ! Les jeunes qui ont fugué se voient retirer une partie de leur argent de poche.."  pourquoi pas, sauf qu'en A.U., bien souvent,  les jeunes ne restent pas assez longtemps pour qu'ils puissent avoir de l'argent de poche.

" Lorsque j'ai bossé en MECS, j'ai pu voir que certaines ado  mettaient tout en oeuvre avant leur départ pour être en conflit avec l'équipe. C'est sans doute plus facile de partir fâché... Pas de manque, pas de tristesse, pas d'affection, pas de déception, mais tout ça est très certainement un leurre, ou un mécanisme de défense, de protection...? Aimer quelqu'un (au sens large) c'est prendre le risque que cette personne nous fasse ressentir de la peine, c'est aussi lui accorder de la confiance."    je te rejoins sur ce point, je pense que c'est l'histoire du rejeté/rejetant qui se joue, le conflit de loyauté envers les parents, entre autre

"Alors comment faire pencher la balance et les laisser prendre ce risque...?" je rajouterais tout en y en mettant de la distance. Tu résumes bien une des difficultés de notre boulot. ;-)

Bertrand*

Tant qu'il y a de la fugue, il y a de la fougue...

Bruno-Jean,

"Vas-tu "aider" l'institut à se couvrir ou aider Miguel à se couvrir ?" 

Mon envie c'est de l'aider à se découvrir, mais les temps relationnel sont très bref et bien souvent malgré mes sollicitations Miguel n'as pas envie de parler, il reste couvert. 

Bertrand*

Oui c'est vrai, avec l'histoire d'Henri (ou celle de Linda) tu nous as déjà informés que les temps "relationnels" étaient très brefs, Bertrand.

Mais selon toi et compte-tenu de ce que tu dis ensuite au sujet de Miguel, le "problème" est-il celui de la quantité de tes relations avec "untel" ou bien celui de la qualité de la relation entre "untel" et toi ?

(NB : solliciter quelqu'un, cela signifie quoi ?)

Bertrand, 

Sur la question de l'argent, tu dis "pourquoi pas" ? Mais quel sens cela-a-t'il ? Ou quel sens y vois-tu ? Je n'ai pas eu l'occasion de discuter avec ceux qu pratiquent cela, mais de prime abord je trouve ça aberrant. Je ne perçois pas le lien entre la fugue (et ses raisons) et cette sanction financière.

A moi de te remercier de te poser ces questions, de les partager ici et de nous amener à y réfléchir ensemble. 

Et si vous accompagniez Miguel en fugue?

Je ne plaisante pas.

Répondre à la discussion

RSS

A la une

Résultat des votes pour le Manifeste du travail social.

Signer le Manifeste !

Parole de Sagesse

« Quand un groupe d'hommes renie l'Etat sous l'autorité duquel il avait jusqu'alors vécu, il est bien près en fait d'établir son propre gouvernement. »

Gandhi

Astuces techniques

Désactiver les notifications par mail à chaque réponse dans un forum ou un groupe (dans le cas où votre boite serait "saturée" de message).

Recevoir les communications envoyées à tous les membres du REZO qui peuvent être filtrées par erreur par votre boîte mail.

Contribuer

Pour soutenir REZO, participer aux frais d'hébergement, de maintenance et améliorations :


Merci !
Erwan, administrateur du REZO

Remarque :  pour ceux qui sont réticents à payer en ligne, il est aussi possible d'envoyer un chèque.
Merci de me contacter pour que je vous envoie les coordonnées postales.

Forum

Autisme, sortir de l'impasse , Du diagnostic à l'inclusion

Démarrée par Logos-liber dans Général. Dernière réponse de Lettre à Mr Crabouiff Il y a 2 heures. 47 Réponses

Un livre qui va bientôt paraitre, de Pierre SANS, médecin psychiatre. A lire !…Continuer

Balises : handicap, autisme

Demande, besoin...et désir

Démarrée par Benjamin Fabre dans Général. Dernière réponse de Rigaud Laurent Il y a 2 heures. 35 Réponses

Bonjour,Je suis éducateur spécialisé et je travaille en MECS sur un service de jeunes majeurs. En échangeant avec mes collègues, je me suis rendu compte que nous avions trop tendance à nous fixer sur la demande des jeunes. Je me suis alors dis qu'à…Continuer

Billets

Rapport aux autres

Publié(e) par Lettre à Mr Crabouiff le 23 avril 2014 à 7:30 0 Commentaires

Bonjour,

Pour quelles raisons le rapport aux autres est-il si délicat ?

Se comprendre soit pour comprendre les autres ?…

Continuer