Bonjour !
 
professionnels du terrain et de la formation, chercheurs, étudiants, et toute personne concernée par le travail social :
Debout pour nos métiers !
les professionnels du social en lutte partout sur le territoire pour défendre des pratiques respectueuses de l'autre, et penser un projet de société solidaire, unissent leurs force, et le FESTIVAL DU TRAVAIL SOCIAL du travail social est l'occasion à ne manquer sous aucun prétexte pour se rencontrer, échanger, et construire ensemble notre avenir !
le compte à rebours est lancé ! plus que 9 jours avant le 14 mai !
n'hésitez pas à vous inscrire à l'évènement Facebook 
à diffuser largement autour de vous le programme détaillé en pièce jointe,
Pour toute aide pour les frais de transport, le logement, n'hésitez pas à nous contacter par mail pour trouver des solutions !
 
et comme un évènement important s'accompagne toujours d'autres !
dans quelques jours, vous pourrez trouver
 LE DOSSIER NOIR DE LA PREVENTION SPECIALISEE SUR LE TOUT NOUVEAU SITE INTERNET D AVENIR EDUCS, ce document reprend les luttes des professionnels depuis plusieurs années et les bouleversements vécus par la prévention spécialisée.
 
enfin une commission Action Travail Social a été mise en place pour nuit debout, Avenir Educs souhaite s'associer et soutenir cette initiative dont voici la page Facebook :
 
à très bientôt !
Le collectif avenir educs

Vues : 215

Y répondre

Réponses à cette discussion

N° 1186 | du 26 mai 2016

FAITS DE SOCIÉTÉ

Le 26 mai 2016 |de Lien Social, par Joël Plantet

Bouquet de lutte  

Activement préparé depuis de longs mois, aiguillonné par l’actualité, le premier festival du travail social a eu lieu le 14 mai à Bobigny (93). L’occasion de débattre, et de vérifier que face aux attaques actuelles, mille initiatives font vivre la résistance.

Le hall de la Bourse du travail indique d’emblée la couleur – les couleurs – du propos. On y rencontre la Fédération nationale des éducateurs de jeunes enfants (FNEJE), le collectif 76 des salariés du social, Avenir Éducs bien sûr, quelques clubs de prévention, la Commission action Travail social de Nuit debout, le Théâtre de l’Opprimé, des syndicats – Solidaires, FSU, CNT, CGT –, un « journal contre la psychiatrie » dénommé Sans remède, ainsi que d’autres valeureuses publications nationales, Le Progrès Social ou… Lien Social. Même Fakir est présent.
Mais surtout, des centaines de travailleurs ou d’intervenants sociaux vont aller en venir en cette journée, entre ateliers, films (excellente programmation), théâtre forum avec Miss Griff association ou conférence gesticulée (« Je tisse du lien social, ou je prends mes précautions ? »). Ici et là, on stationne devant d’autres installations (expo Romeurope, éditeurs indépendants, BD, dessins d’éducateurs et même une « zone de gratuité révolutionnaire » où l’on peut donner sans prendre et inversement). Sept adolescentes d’un club de prévention, Arrimages, vendent, avec leurs éducateurs, des sandwiches (excellent rapport qualité/prix !) pour financer un séjour à la Rochelle. Un espace enfants est prévu toute la journée, avec animateurs. En somme, une organisation impeccable, pour un événement dont l’entrée est, bien sûr, libre.
Signe des inquiétudes actuelles, certains ateliers (1h30 de débats) ont connu un franc succès, tels celui de la Financiarisation du travail social ou celui intitulé Mobilisations collectives, modes d’action, convergence des luttes. Ici, une centaine de personnes, de Nantes, de Tours, la plupart franciliennes mettent en commun leur engagement, le plus souvent en lien avec leur implication dans Nuit debout. Ainsi, la Commission action Travail social (CATS) de Paris évoque sa création, sa participation aux dernières manifestations contre la loi Travail, la préparation de son AG du 17 mai pour évoquer, entre autres, l’éventualité d’une grève dans le travail social coordonnée avec d’autres secteurs.

Des dates de mouvements de protestation sont avancées, qui pourraient bien s’unifier avec d’autres

La question des caisses de solidarité est déjà abordée. Des syndicats (FSU, CGT) participent au débat, soulignant la jonction à faire avec « les personnes dont on a la charge », via par exemple des mouvements de chômeurs ou Droit au logement. Du contenu revendicatif de certaines alliances, peut dépendre l’appropriation de l’outil syndical : la ré-architecture des diplômes du travail social a ainsi mobilisé de nombreux syndicats aux côtés de travailleurs sociaux en collectifs. Le niveau « anormalement bas » des rémunérations des travailleurs sociaux en est aussi un exemple… Des illustrations de convergence sont mises en avant : ainsi dans le 93, où les AS scolaires en lutte (« nous nous sentions participer à l’exclusion sociale des élèves ») se sont jointes aux salariés de l’Aide sociale à l’enfance (ASE) et à celles et ceux du secteur de la pédopsychiatrie, particulièrement mal en point.
Un infirmier SUD vient rappeler le danger des groupements hospitaliers de territoire, véritables « usines à soins » et la proximité du sanitaire et du social. Des dates de mouvements de protestation sont avancées, qui pourraient bien s’unifier avec d’autres.
D’autres ateliers ont porté sur « la place laissée à l’éducatif », sur l’État social et l’État policier, sur Genre et travail social – question plutôt dans l’air du temps – ou sur Quand le micro devient politique, à partir de la Radio sans nomimaginée par les patients du Centre d’accueil thérapeutique à temps partiel (CATTP) d’Asnières et les soignants.
Bref, une journée fourmillante d’idées, de créativité, de rencontres et de convergences. Le travail social a, encore une fois, prouvé sa capacité à exister. Et à résister.

Bonjour à tous !

PROCHAIN RDV DU COLLECTIF pour structurer les actions de l'année !

- le 4 octobre de 19h30 à 21h30 aux "pères populaires"; 46 rue de Buzenval, 75020 Paris,

merci de répondre si vous venez, pour réserver une table suffisamment grande !

nous ferons le point sur

- les enjeux de la CPC, espace de diffusion des documents, décryptage des enjeux

- les actions du collectif concernant la financiarisation du social et la diffusion de la parole des professionnels

- les actions en lien avec les autres collectif  

- les modes de communication du collectif

en pièce jointe différents évènements que nous soutenons :

- demain soir, la prochaine réunion publique pour la préparation d'une manifestation à Calais le 1er octobre, organisé par le collectif MIE et de nombreuses associations, collectifs et syndicats

- journée "Enfance effacée ?" organisée par le collectif des 39 le 16 octobre prochain

- le 12 novembre, journée organisée par psychasoc : "psychanalyse pas morte"

enfin un article très pertinent de Jonathan Louli dans le "Progrès Social"

https://www.facebook.com/leprogressocial/photos/a.1533341973632229....

Effectivement, article rude, mais lucide

très bon

Joseph Rouzel a dit :

(...)

enfin un article très pertinent de Jonathan Louli dans le "Progrès Social"

https://www.facebook.com/leprogressocial/photos/a.1533341973632229....

voici le nouveau rapport de la CPC sur la ré-architecture des métiers :

http://social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_cpc_-_remis_a_segolene_...

et ci-dessous un article des ASH où madame Neuville indique ses préconisations pour sa mise en œuvre.7

A DIFFUSER LARGEMENT !

Ce rapport ne répond pas aux attentes et besoins exprimés par le terrain dans de nombreuses mobilisations : la déqualification dans la relation à l'autre y est très claire.

Nous ne manquerons pas d'échanger en détail sur son contenu lors de notre prochaine réunion le

10 novembre de 18h30 à 20H30 à La Moquette :  15 rue Gay Lussac 75005 Paris

 

Travail social | 13/10/2016

Ségolène Neuville : "Tout doit être sur les rails pour que la réforme se poursuive" après 2017

Dans une interview accordée aux ASH, la secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l'exclusion précise la méthode proposée pour poursuivre le travail de la commission professionnelle consultative du travail social et de l'intervention sociale sur la réforme des diplômes, qui doit être discutée ce jeudi 13 octobre en séance plénière de la CPC.

 

Donnez-vous votre feu vert à la CPC pour travailler sur l'ensemble de ses propositions ?

Ce rapport, qui était très attendu par le monde du travail social, pose le cadre général pour aboutir à la réingénierie des diplômes du travail social dans le calendrier que nous nous sommes fixé, c'est-à-dire la mise en oeuvre des nouveaux diplômes à la rentrée 2018. Les propositions faites par la CPC – l'identification de quatre grandes filières permettant de clarifier le rôle et les missions du travail social et de renforcer l'attractivité du secteur, tout en préservant les spécificités des métiers, l'élaboration d'un socle commun pour renforcer la culture commune, le travail en réseau, les mobilités professionnelles, ainsi que le passage des diplômes de niveau III au niveau II – correspondent à l'idée que je porte depuis les "états généraux du travail social". Celle que l'action sociale est un investissement, une politique moderne, dans le cadre d'un projet de société. Pour porter cette ambition, les travailleurs sociaux doivent voir leurs métiers valorisés, avec une évolution statutaire et salariale, une reconnaissance universitaire, ils doivent pouvoir plus facilement porter des recherches, des projets collectifs de développement social.

En termes de calendrier et de méthode, qu'envisagez-vous pour la suite ? 
Je suis consciente que l'élection présidentielle a lieu dans six mois, et souhaite que tout soit sur les rails pour que la réforme, pour laquelle les travaux ont commencé en 2013, puisse se poursuivre après l'échéance électorale. C'est ce à quoi je me suis engagée. La méthode proposée par le ministère est de créer cinq groupes de travail, soit un par diplôme de niveau III. Ces groupes vont travailler sur les contenus de formation, en lien avec un groupe de coordination, coprésidé par la direction générale de la cohésion sociale et la direction générale de l'enseignement supérieur et de la recherche, et composé des services de l'Education nationale et de l'Enseignement supérieur, d'un représentant de la conférence des présidents d'université, des représentants des collectivités territoriales, des président et vice-président de la CPC et des cinq rapporteurs des groupes de travail. Nous avons proposé que l'AFPA [Association nationale pour la formation professionnelle des adultes], qui a une expertise en matière de formation professionnelle, intervienne en appui de ce groupe de coordination. La CPC relève des difficultés pour développer l'apprentissage pour les formations sociales, l'AFPA devrait justement pouvoir nous aider sur ce point. Dans les cinq groupes consacrés aux diplômes, il y aura des représentants des organisations syndicales de salariés, des représentants des organisations syndicales employeurs et des représentants des professionnels au travers des associations, ainsi que des représentants des établissements de formation. Je tiens également à ce que les personnes qu'on appelle " accompagnées" puissent aussi donner leur avis et être associées à toutes les étapes, au sein de groupes miroirs ou de groupes réunissant aussi des travailleurs sociaux. Ces groupes vont d'abord travailler sur les référentiels d'activité, afin qu'ils puissent être prêts au début de 2017 et que les travaux puissent passer à l'étape suivante. Il va falloir ensuite élaborer les référentiels de compétences puis les référentiels de formation. La certification sera simplifiée : il n'y aura plus de certification a posteriori par les services régionaux de la cohésion sociale, qui reprennent aujourd'hui un par un les dossiers des étudiants pour les certifier. C'est extrêmement lourd et cela ne se fait pas pour les autres diplômes d'Etat ! Le travail sur le cahier des charges des établissements de formation se fera en parallèle de l'élaboration des référentiels.

Avez-vous des préconisations particulières sur la phase opérationnelle de la réingénierie ?
Le rapport propose une structuration du socle commun par registre de compétences. Je vais demander qu'il puisse y avoir quelque chose sur les violences faites aux femmes, et de façon beaucoup plus large sur ce qu'on appelle les « stéréotypes sexués », car ce sujet concerne tous les métiers du travail social et ne fait pour l'instant pas partie de la formation initiale. Je sais qu'il y a des craintes sur la perte des spécificités des métiers du travail social, des oppositions à l'idée d'aboutir à la formation de travailleurs sociaux généralistes et interchangeables. L'objectif n'est pas du tout celui-là. Il est bien d'avoir un socle commun de compétences, probablement à hauteur de 30 % de l'ensemble des enseignements, plutôt destiné à faire en sorte que lorsque l'on est dans un métier du travail social, on connaisse mieux les autres métiers, toujours avec l'enjeu de mieux accompagner les personnes. Il reste donc à définir précisément ce que l'on met dans ce socle commun, comment se feront les passerelles avec les universités et les équivalences avec les diplômes universitaires, ce qui va à la fois permettre d'offrir aux étudiants de nouvelles perspectives, de reconnaître autrement leur formation, et de développer la recherche en travail social.

La revalorisation des statuts qui découle du passage en grade licence est-elle acquise pour l'ensemble des professionnels concernés ?
En fonction de leurs missions, c'est ce qui a été acté depuis le début, pour ce qui concerne la fonction publique dans le cadre des négociations sur les "parcours professionnels, carrières et rémunérations" (PPCR), qui démarrent en novembre pour la filière sociale. Il faut rappeler que l'accord de 2015, voulu par le Premier ministre et appuyé par les organisations professionnelles et une partie des syndicats, va désormais dépasser la fonction publique, puisqu'il aura aussi des conséquences sur le secteur privé. Tous les employeurs, du secteur public et associatif, ont été associés aux plans d'action en faveur du travail social et du développement social et ont approuvé cette revalorisation.

Les autres niveaux de diplômes seront-ils aussi réexaminés pour 2018 ?
Il est vrai que, du fait de la contrainte du calendrier, la priorité a été portée sur les diplômes de niveau III, leur passage en niveau II et le développement des passerelles avec l'université. Mais le nouveau diplôme d'accompagnant éducatif et social de niveau V a déjà été créé, avec trois spécialisations possibles. Nous sommes seulement en attente de derniers textes, notamment sur la validation des acquis de l'expérience, pour la fin de l'année. Pour les niveaux II, la CPC a conclu qu'il ne fallait pas toucher au Caferuis. Je serais donc favorable, mais c'est aussi à la CPC de se prononcer, à ce que le travail de réforme se concentre sur les diplômes de niveau III, même si des problématiques pourront émerger par la suite sur certains diplômes des autres niveaux.

La création d'une Haute Ecole en travail social est-elle sur les rails ?
Cette perspective correspond à l'appel à projets qui vient d'être lancé. Au lieu de créer une nouvelle structure, nous avons fait le choix de faire émerger des projets de recherche universitaire en lien avec les établissements de formation, qui puissent être mobilisés dans le cadre des enseignements. Des équipes partenariales existent déjà, il s'agit de les soutenir, d'en encourager d'autres et, partant de là, nous pourrons voir s'il y a lieu de créer une chaire en travail social, une unité de recherche ou une école.

Article rédigé par Maryannick Le Bris (Extrait des ASH)

A l'heure où la proximité des nouveaux " philanthropes" détracteurs du social avec le nouveau président de la république  apparaissent au grand jour,

http://www.lavoixdunord.fr/159488/article/2017-05-08/lorsqu-emmanue...

restons mobilisés pour défendre le travail social !

pour commencer, signez la pétition pour le départ de Christine Boutin

https://www.petitions24.net/depart_de_christine_boutin_du_hcts

Ensuite, nous continuerons notre combat contre toutes les logiques qui veulent  détourner le travail social d'une lutte pour plus d'égalité.

  • La prochaine réunion aura lieu le mardi 23 mai à La Moquette de 19h à 21h, 15 rue Gay Lussac, 75005 Paris.
  • consultez régulièrement le site internet qui a été remis à jour https://www.avenireducs.com/
  • un évènement à ne pas manquer :

Répondre à la discussion

RSS

Parole de Sagesse

« Quand un groupe d'hommes renie l'Etat sous l'autorité duquel il avait jusqu'alors vécu, il est bien près en fait d'établir son propre gouvernement. »

Gandhi

Astuces techniques

Désactiver les notifications par mail à chaque réponse dans un forum ou un groupe (dans le cas où votre boite serait "saturée" de message).

Recevoir les communications envoyées à tous les membres du REZO qui peuvent être filtrées par erreur par votre boîte mail.

Contribuer

Pour soutenir REZO, participer aux frais d'hébergement, de maintenance et améliorations :


Merci !
Erwan, administrateur du REZO

Remarque :  pour ceux qui sont réticents à payer en ligne, il est aussi possible d'envoyer un chèque.
Merci de me contacter pour que je vous envoie les coordonnées postales.

Forum

Témoignage de retour affectif une histoire vraie

Démarrée par catherine talbi dans Général Il y a 2 heures. 0 Réponses

L'Amour de votre vie est parti/e, et vous souhaitez vite son retour ? Vous vous disputez fréquement et Votre mariage tourne à l'eau?.. Retour affectif rapide et retour affectif entre lesbiennes et gay et pour les femmes stériles pour le retour…Continuer

Recherche d'un stage pour l'année de Master 2 sur Montpellier et ses environs

Démarrée par Alexandra Leonardi dans Emplois, Stages, Formations, ... Il y a 22 heures. 0 Réponses

Bonjour à tous!J'e commence en Septembre ma dernière année d'étude de psychologie à l'Université Paul Valéry (Montpellier III), parcours Psychopathologie et psychologie clinique (orientation psychanalytique). Afin de réaliser mon année de master 2,…Continuer

Balises : Stage

Billets

Contre tout statut de minorité

Publié(e) par Laurent OTT le 18 août 2017 à 12:31 0 Commentaires

La Pédagogie sociale oeuvre à l’encontre de tout statut de minorité, que celui ci soit attaché à un âge, un handicap, une catégorie sociale. Cette  critique , cette opposition est d’abord une critique en…

Continuer

Nom de nom!

Publié(e) par Yuri Didion le 14 août 2017 à 2:54 0 Commentaires

Au boulot, la tâche est claire : accompagner les enfants dans la vie quotidienne. De la gestion de crise à la cuisine, du moment informel devant la télévision aux exigences des devoirs... j'ai bien cherché mes marques. Comment rentrer dans cet…

Continuer

© 2017   Créé par Joseph Rouzel.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation